L’idée de ce tableau de Lionel LeMoine FitzGerald (1890-1956), qui prend comme sujet un bégonia posé sur un appui de fenêtre avec vue sur la cour boisée derrière sa maison, dérive peut-être d’une photo de 1943. La petite plante combine en une seule image des éléments de la nature morte et du paysage. Avec son équilibre harmonieux de réalisme et d’abstraction, ainsi que ses beaux éléments de couleurs et de design, La petite plante peut être considérée comme l’une des plus grandes réalisations de FitzGerald en peinture. Ici, la croissance exubérante de la plante fleurie contraste avec la vive énergie de l’écran épais que forment les arbres à l’extérieur.

 

Lionel LeMoine FitzGerald, The Little Plant, 1947

Lionel LeMoine FitzGerald, The Little Plant (La petite plante), 1947
Huile sur toile, 60,5 x 45,7 cm, collection McMichael d’art canadien, Kleinburg, Ontario

La plus grande préoccupation de FitzGerald est l’expression d’une unité entre tous les éléments de l’image afin que l’intérieur et l’extérieur soient réunis en une seule entité vivante. En dégageant une géométrie rythmique du fouillis de la nature, FitzGerald crée un monde à la fois plus animé et plus tranquille que ce qu’il a devant les yeux. Cette coexistence onirique du mouvement et de l'immobilité est peut-être ce pourquoi La petite plante est l’œuvre favorite de sa fille, Patricia.

 

Cette rubrique en vedette est extraite de  Lionel LeMoine FitzGerald : sa vie et son œuvre par Michael Parke-Taylor.

Autres « en vedette »

Download Download