Dans le tableau Grand Corbeau d’Emily Carr (1871–1945), des vagues denses de végétation et des colonnes de ciel illuminé mettent en évidence la figure solitaire de l’oiseau et créent une atmosphère élégiaque qui reflète une nouvelle étape de l’approche de Carr à l’endroit des thèmes reliés aux Premières Nations. Traditionnellement intégré dans le quotidien du village, ici le corbeau a été reconquis par la forêt. L’impression de masse est un élément du nouveau langage pictural développé par Carr et met en relief sa perception de la menace qui pèse sur le mode de vie autochtone : le corbeau est situé à l’extérieur du cadre dynamique du village.

 

Art Canada Institute, Emily Carr, Big Raven, 1931
Emily Carr, Big Raven (Grand Corbeau), 1931
Huile sur toile, 87 x 114 cm, Vancouver Art Gallery

Après avoir constaté, en 1927, l’audace des artistes du Groupe des Sept qui participent avec elle à l’exposition Canadian West Coast Art: Native and Modern au Musée des beaux-arts du Canada, Carr est portée à insuffler à son œuvre une puissance, une émotion et une spiritualité semblables. Elle avait déjà abordé le thème du Grand Corbeau dans des œuvres précédentes, mais au début des années 1930, Carr change son orientation aux plans de la composition, de la couleur et du style, et elle modèle les formes de façon sculpturale pour en faire ressortir la densité.

Autres « en vedette »

Download Download