Kanata est une œuvre emblématique de Robert Houle (né en 1947), révélant son importante recherche sur la place des peuples des Premières Nations dans l’histoire française et anglaise du Canada. Houle a fait un rêve au sujet de cette œuvre sept ans avant de la peindre. Kanata est essentielle à une compréhension de l’exactitude historique dans le contexte du colonialisme. Houle fait écho à ce que son grand-père disait à propos de la colonisation : « Jiishin gegoo wiiseg maa akiing, Nishnaabe waabdaan (Si l’histoire doit avoir lieu, notre peuple en sera témoin) ».

 

Robert Houle, Kanata, 1992

Robert Houle, Kanata, 1992
Acrylique et crayon Conté sur toile, 228,7 x 732 cm, Musée des beaux-arts du Canada, Ottawa

Dans ce tableau monumental, Houle s’approprie une image canonique tirée d’un tableau de Benjamin West (1738-1820), The Death of General Wolfe (La mort du général Wolfe), 1770. Houle a capturé numériquement la peinture de West et a copié l’image en utilisant un crayon Conté de couleur sépia, sauf pour les atours d’un guerrier solitaire du Delaware qui sont peints en bleu et rouge. La disposition géométrique de l’œuvre joue avec le formalisme moderniste qui influence tant l’artiste. 

 

Houle explique à propos de l’image que « l’Indien est entre parenthèses... entouré de ce gigantesque rouge et ce gigantesque bleu, et il est pris en sandwich dans cet environnement, il est encerclé. Et c’est la réalité parce que les Anglais et les Français sont toujours les acteurs majeurs dans l’écriture de cette histoire, l’histoire telle qu’elle a été ». Houle remet en question l’autorité et la capacité des artistes non autochtones à représenter les expériences autochtones, forçant la reconnaissance des Premières Nations et s’attaquant à l’inexactitude historique faisant de la France et l’Angleterre les nations fondatrices du Canada.

 

Cette rubrique en vedette est extraite de Robert Houle : sa vie et son œuvre par Shirley Madill.

Autres « en vedette »

Download Download