• L’ancêtre du cubisme

    Article écrit par Jay Hambidge et Gove Hambidge, publié dans le Century Magazine en 1914. Les auteurs mentionnent des exemples de l’art antique qui, selon eux, sont des précédents du cubisme et soutiennent que la méthode du découpage n’est pas nouvelle.

  • l’art pour l’art

    L’art pour l’art est une notion qui prend forme au milieu du dix-neuvième siècle chez les poètes français du Parnasse, qui rejettent le romantisme. Théorisé d’abord par Théophile Gautier dans la préface de son roman Mademoiselle de Maupin (1835), l’art pout l’art prônecherch un art qui ne renvoie qu’à lui-même, qui n’a aucun but sinon la beauté.

  • La Cène

    Selon la foi chrétienne, le dernier repas que Jésus a partagé avec ses apôtres avant sa crucifixion. La Cène est un sujet populaire de l’art folklorique et religieux chrétien.

  • La Cène (1495-1498)

    Fresque murale de Léonard de Vinci représentant le dernier repas du Christ avec ses apôtres, tel que décrit dans l’Évangile de saint Jean. Datant de 1495-1498 et mesurant 460 x 880 centimètres, La Cène orne un mur du monastère de Santa Maria delle Grazie à Milan.

  • La Farge, John (Américain, 1835-1910)

    L’inventeur du verre opalescent, l’Américain John La Farge est aussi un écrivain, un peintre, un muraliste et un designer de vitraux. Influencé par les préraphaélites britanniques et par l’art japonais, il a été un ami intime d’Henry James. La Farge a conçu des fenêtres pour des édifices religieux et publics, dont la Trinity Church, à Boston, et l’église Saint-Thomas, à New York.

  • Laberge, Albert (Canadien, 1871-1960)

    Le journaliste et écrivain naturaliste Albert Laberge joue un rôle important dans l’émergence d’une littérature moderne québécoise. Il contribue à la fondation de l’École littéraire de Montréal en 1895, association qui soutient la publication des premières œuvres d’une nouvelle génération d’écrivains. De 1896 à 1932, il est rédacteur sportif et critique d’art au journal La Presse, à Montréal. Il publie des nouvelles, essais et critiques littéraires. À la suite de la publication de son roman, La Scouine, en 1918, il est censuré par l’épiscopat, qui trouve répréhensible son portrait non idéalisé de la société rurale.

  • Lalemant, Gabriel (Français, 1610-1649)

    Jésuite, qui demande d’ajouter un quatrième vœu aux trois vœux habituels : celui de se consacrer aux missions étrangères. Il arrive quatorze ans plus tard à Québec pour se consacrer aux missions, en 1646. Il a été capturé et tué par les Iroquois, à la mission Saint-Louis, dans la région de la baie Georgienne, en 1649, et canonisé en 1930.

  • Laliberté, Alfred (Canadien, 1878-1953)

    Sculpteur bien connu pour ses œuvres monumentales, ses statuettes et ses bustes représentant la culture québécoise traditionnelle. Célébré de son vivant, Laliberté est membre de l’Académie royale des arts du Canada et de la prestigieuse Académie des beaux-arts de France. Pendant trente ans, il enseigne à l’École des beaux-arts de Montréal.

  • Lamanna, Carmen (Italien, 1927-1991)

    Galériste de Toronto, créateur de l’essentielle Carmen Lamanna Gallery en 1966. Émigré d’Italie, Carmen Lamanna est une figure centrale de la scène artistique canadienne et représente des artistes phares comme General Idea, Ron Martin, Ian Carr Harris, Paterson Ewen et Joanne Tod.

  • Lambert, Beverley (alias Bev Kelly) (Canadienne, née en 1943)

    Seule femme à participer à l’exposition Heart of London organisée en 1968 par la Galerie nationale du Canada (maintenant appelée le Musée des beaux-arts du Canada). Originaire de la Saskatchewan, Beverley Lambert s’installe à London en Ontario, pendant que son mari de l’époque, Alex Kelly, fait son doctorat à l’Université Western. Elle expose avec les régionalistes de London jusqu’à son retour à Regina, puis elle est conservatrice à Terre-Neuve.

  • Lambeth, Michel (Canadien, 1923-1977)

    Éminent photojournaliste canadien du milieu du vingtième siècle, Michel Lambeth étudie les beaux-arts à Londres et à Paris avant se consacrer à la photographie. Reconnu pour son intérêt profond pour les enjeux sociaux et la vie urbaine, il publie ses œuvres dans les magazines Life, Maclean’s, Saturday Night, Star Weekly et Time au cours des années 1960.

  • land art

    Œuvre d’art créée dans un lieu précis (œuvre spécifique au site), dans la nature et le paysage, et composée de matières organiques. Parfois connu sous les termes « earth art » ou « earthworks », le land art émerge dans les années 1960, principalement aux États-Unis, comme partie intégrante du mouvement plus large de l’art conceptuel. Ses particularités tiennent dans le caractère temporaire de l’œuvre, dû à l’érosion naturelle, dans le mouvement environnemental et dans le rejet de la marchandisation de l’art et de l’institution conventionnelle. Parmi les artistes majeurs de ce mouvement, on retrouve Robert Smithson, Richard Long et Ana Mendieta.

  • LaPalme, Robert (Canadien, 1908-1997)

    Illustrateur et caricaturiste politique influent, dont l’œuvre prolifique est publiée dans pratiquement tous les journaux de langue française du Québec. LaPalme critique ouvertement le premier ministre de la province, Maurice Duplessis. Il est aussi peintre et a été directeur artistique d’Expo 67 et du métro de Montréal, pour lequel il met sur pied un programme d’art public. Trois de ses peintures murales ornent d’ailleurs des stations du réseau.

  • Larose, Ludger (Canadien, 1868-1915)

    Peintre académique de formation parisienne, Ludger Larose réalise des tableaux religieux, natures mortes, portraits, paysages, nus et scènes urbaines. Un libre-penseur anticlérical, il se déclare athée, mêlant, dans son œuvre et sa vie, expression traditionnelle et pensée moderne.

  • lavis à l’huile

    Couches de peinture à l’huile translucides, qui peuvent donner l’impression de taches. On crée un lavis à l’huile en mélangeant de la peinture à l’huile et un solvant, pour ensuite l’appliquer à une surface sèche ou imbibée de solvant. Parmi les artistes connus pour avoir employé cette technique, mentionnons Helen Frankenthaler, Morris Louis, Mark Rothko et Jules Olitski.

  • Le Jeune, Paul (Français, 1591-1664)

    Jésuite infatigable considéré comme l’un des fondateurs des missions jésuites au Canada. Il passe dix ans comme missionnaire en Nouvelle-France, puis plus de dix ans en France, à titre d’administrateur des missions du Canada. Premier rédacteur des Relations des jésuites de Nouvelle-France, un important outil de propagande missionnaire et, plus tard, une source de l’histoire du Canada.

  • Le Jeune, Paul (Français, 1591-1664)

    Jésuite infatigable considéré comme l’un des fondateurs des missions jésuites au Canada. Il passe dix ans comme missionnaire en Nouvelle-France, puis plus de dix ans en France, à titre d’administrateur des missions du Canada. Premier rédacteur des Relations des jésuites de Nouvelle-France, un important outil  de propagande missionnaire et, plus tard, une source de l’histoire du Canada.

  • Le legs Havemeyer

    Un don colossal de Louisine et Henry Osborne Havemeyer au Metropolitan Museum of Art en 1929, tiré de leur vaste collection personnelle. Importants mécènes de l’art à New York, les Havemeyer se spécialisent dans les peintures réalistes et impressionnistes françaises du dix-neuvième siècle. Ils collectionnent également un large éventail d’oeuvres de diverses natures, époques et géographies, de l’art espagnol et islamique à l’art décoratif et asiatique. En raison de leur amitié avec Mary Cassatt, les Havemeyer sont les premiers collectionneurs de Gustave Courbet, Édouard Manet et Edgar Degas alors que ces artistes sont encore relativement inconnus aux États-Unis

  • Le Moyne, Suzanne Rivard (Canadienne, 1928-2012)

    Peintre, éducatrice et défenseure des beaux-arts au Canada, des années 1960 aux années 1980. Le Moyne est chef des arts visuels tant au Conseil des arts du Canada qu’à l’Université d’Ottawa; en 1972, elle crée la Banque d’œuvres d’art du Conseil des arts du Canada, aujourd’hui la plus grande collection d’art contemporain au pays.

  • Le New Dance Group (NDG)

    Fondé à New York en 1932 par des étudiantes de Hanya Holm, le New Dance Group (NDG) réunit danse moderne et politique gauchiste, considérant la danse comme une puissance active de changement social. Préoccupée de justice sociale, l’école offre des leçons à des prix très modérés, en technique, en improvisation, et elle initie les étudiants à la pensée marxiste. Elle devient une des premières écoles de danse, parmi les plus reconnues, à soutenir des danseurs et des chorégraphes afro-américains, dont notamment Pearl Primus, et elle est aussi reconnue pour son programme d’études qui incorpore les traditions de danse provenant de différentes origines. L’école ferme en 2009.

  • Le Nigog

    Une revue d’art fondée en 1918 à Montréal par Fernand Préfontaine, Robert de Roquebrune et Léo-Pol Morin, Le Nigog est la première publication québécoise consacrée à l’art contemporain. Elle proclame les idées de la modernité française, et privilégie la liberté du sujet pour les artistes au détriment du régionalisme. Revue multidisciplinaire, elle attire une trentaine de contributeurs écrivant des articles sur l’art, la musique, l’architecture et la littérature. Fortement critiqué par les écrivains et artistes régionalistes, Le Nigog ne dure qu’un an, mais ouvre la porte aux nouvelles perspectives artistiques au Canada français.

  • Le Tintoret (Italien, v.1518-1594)

    Jacopo Robusti, dit Le Tintoret, est un peintre maniériste vénitien de la fin de la Renaissance italienne. Les historiens de l’art soulignent une variété d’influences dans son œuvre, en particulier Titien et Michel-Ange, mais on ne sait pas où et avec qui il a appris à peindre. Il a créé de nombreux projets décoratifs et peintures à l’huile au cours de sa vie, et ses peintures se distinguent par l’aspect dramatique des scènes narratives qu’elles représentent.

  • Lebrun, Rico (Italien/Américain, 1900-1964)

    Rico Lebrun est dessinateur publicitaire, peintre, sculpteur et muraliste. Inspiré par la forme humaine, il choisit comme thème central les aléas de la vie. Professeur de beaux-arts et d’illustration, populaire et influent, il est sans doute connu surtout pour sa série abstraite intitulée Crucifixion.

  • Leduc, Fernand (Canadien, 1916-2014)

    Peintre et membre du groupe des Automatistes de Montréal. Les premières toiles de Leduc témoignent de son intérêt pour le surréalisme et l’automatisme. Il adopte par la suite une approche plus géométrique s'inscrivant dans le courant des Plasticiens. La dernière partie de sa production, les microchromies, explore des palettes monochromes. 

  • Leduc, Ozias (Canadien, 1864-1955)

    Peintre et décorateur d’églises dont l’œuvre procure un sentiment d’intimité et de tranquillité. Les tableaux religieux de Leduc — qui ornent des chapelles au Québec, en Nouvelle-Écosse et en Nouvelle-Angleterre — allient l’iconographie dévotionnelle à un traitement symboliste de la couleur et de la lumière. (Voir Ozias Leduc : sa vie et son œuvre par Laurier Lacroix).

  • Lee-Nova, Gary (Canadien, né en 1943)

    Lee-Nova se fait d’abord connaître par ses tableaux hard-edge, mais à la fin des années 1960, il devient un protagoniste du mail art et de la performance à Vancouver. Il participe activement au projet Image Bank de Michael Morris et Vincent Trasov, et emploie souvent les pseudonymes Art Rat et Artimus Rat.

  • Légaré, Joseph (Canadien, 1795-1855)

    Figure importante de l’histoire de l’art canadien précédent la confédération, dont les corpus incluent des portraits des peuples des Premières Nations et paysages distinctivement canadiens. Légaré a été influencé par les romantiques européens et la peinture baroque, et il a collectionné et restauré de nombreuses toiles du continent, datées du dix-septième siècle. Il a ouvert la première galerie d’art québécoise en 1833.

  • Léger, Fernand (Français, 1881-1955)

    Figure de proue de l’avant-garde parisienne, dont les idées sur l’art moderne, disséminées par l’intermédiaire de ses écrits, de son enseignement et de sa propre pratique artistique, influencent une génération entière d’artistes. Prolifique et polyvalent, Léger maîtrise de nombreux médias, y compris la peinture, la céramique et le cinéma. Son style est également difficile à cerner, allant de l’abstraction cubiste dans les années 1910 au réalisme de ses œuvres des années 1950.

  • Leiterman, Richard (Canadien, 1935-2005)

    Directeur photo dont la créativité technique et le style sensible contribuent à modeler le cinéma canadien-anglais au cours de la période déterminante des années 1960 et 1970. Leiterman travaille pour la télévision et collabore à de nombreux documentaires et longs métrages qui font date; il est le directeur photo du film The Far Shore, 1976, de Joyce Wieland.

  • Lemieux, Jean Paul (Canadien, 1904-1990)

    Peintre de paysages et de personnages, qui a employé ces genres afin d’exprimer ce qu’il considérait être le caractère solitaire de l’existence humaine. Lemieux a enseigné à l’École des beaux-arts de Québec pendant trente ans, jusqu’en 1967. Il a fait l’objet de plusieurs rétrospectives majeures dans des musées canadiens. (Voir Jean Paul Lemieux : sa vie et son œuvre par Michèle Grandbois).

  • Lennie, Beatrice (Canadienne, 1905-1987)

    Peintre, sculpteure, scénographe, directrice artistique pour le cinéma et éducatrice formée à la Vancouver School of Decorative and Applied Arts (aujourd’hui l’Université d’art et de design Emily-Carr) et à la California School of Fine Arts. Lennie enseigne la sculpture à l’éphémère British Columbia College of Arts en 1934. L’une des rares femmes sculpteures au Canada durant les années 1930 et 1940, elle est reconnue pour ses peintures et sculptures semi-abstraites présentées un peu partout au pays et dans l’ouest des États-Unis.

  • Levasseur, Noël (Canadien, v. 1680-1740)

    Sculpteur en chef de la Nouvelle-France. Après avoir étudié son métier à Saint-Joachim et à Montréal, il s’installe à Québec et y ouvre son atelier en 1703. Levasseur se spécialise en sculpture religieuse. Son retable de la chapelle des ursulines à Québec (1732-1736) est un des chefs-d’œuvre de la sculpture ancienne du Québec.

  • Levine, Les (Irlandais/Américain, né en 1935)

    Personnalité importante dans l’art conceptuel du vingtième siècle, dont l’œuvre traite de questions en lien avec la culture de consommation et du jetable. Levine est notamment reconnu pour son utilisation pionnière des médias de masse, dont la télévision, la radio, les panneaux publicitaires, les affiches et les conversations téléphoniques; il est l’un des premiers artistes à travailler avec la vidéo. Né à Dublin, il a vécu au Canada dans les années 1960 et au début des années 1970.

  • Lewis, Wyndham (Britannique, 1882-1957)

    Peintre, auteur, critique culturel et co-fondateur du mouvement vorticiste qui cherche à mettre en relation l’art et les formes géométriques abstraites de l’industrie. Après ses études à Paris, Lewis subit l’influence du cubisme et de l’expressionnisme. Il a été éditeur du magazine Blast, qui attaquait durement les valeurs victoriennes des années précédant la Première Guerre mondiale. Il est aussi connu pour ses écrits et son soutien controversé au fascisme, après la guerre.

  • LeWitt, Sol (Américain, 1928-2007)

    Peintre conceptuel et minimaliste, chef de file du mouvement, qui croit que l’idée en elle-même peut être l’œuvre d’art et qui rejette l’expression personnelle et toute narrativité. Les œuvres de LeWitt, dont une série de dessins muraux commencée en 1968, mettent de l’avant les formes géométriques, les lignes claires, la simplicité, la systématisation et la répétition. En 1976, LeWitt a cofondé Printed Matter, un organisme à but non lucratif qui publie et promeut les livres d’artistes.

  • Leyster, Judith (Néerlandaise, 1609-1660)

    Judith Leyster est une peintre de l’âge d’or de la peinture néerlandaise, née à Haarlem, où elle travaillait et était membre de la guilde de Saint Luc. Son œuvre est comparée à celle de Frans Hals, artiste avec lequel elle a été confondue. Bien que reconnue de son vivant, elle est tombée dans l’oubli de la fin du dix-septième, jusqu’au dix-neuvième siècle.

  • Lichtenstein, Roy (Américain, 1923-1997)

    Représentant important du pop art américain, connu pour son appropriation du langage de la bande dessinée. Dans ses peintures grand format, les motifs agrandis tirés de son matériel d’origine mettent en relief leur caractère artificiel et les règles de composition qui en déterminent l’apparence. Dans les années 1960, Lichtenstein commence à explorer la lithographie offset, le procédé utilisé dans l’impression commerciale.

  • Liebermann, Max (Allemand, 1847-1935)

    Fils d’un fabricant de textile juif à Berlin, Max Liebermann est devenu un peintre impressionniste allemand reconnu. Associé à l’école française de Barbizon, il dépeint la vie professionnelle des pauvres et des ouvriers, entretenant tout au long de sa carrière un intérêt pour la narration qui contraste avec la trajectoire des impressionnistes français. Fondateur de l’anti-académique Berliner Sezession en 1899, Liebermann a été président de l’Académie prussienne des arts à Berlin de 1920 à 1932, lorsqu’il a été forcé de démissionner par le gouvernement nazi.

  • Lindner, Ernest (Autrichien/Canadien, 1897-1988)

    Graveur, aquarelliste et dessinateur, qui a trouvé ses sujets favoris dans les forêts de la Saskatchewan, où il déménage dès son émigration depuis l’Autriche en 1926. Ses tableaux plus tardifs mélangent souvent des formes humaines et végétales. Son œuvre fait partie de collections majeures à travers tout le pays, dont celle du Musée des beaux-arts du Canada.

  • Linné, Carl von (Suédois, 1707-1778)

    Un des plus grands savants des temps modernes, qui développe la théorie et la pratique de la taxonomie, la mise en ordre des êtres vivants. Son système pour nommer et classer les organismes, certes plusieurs fois révisé, est en usage depuis 200 ans. Son œuvre a été étudié par tous les naturalistes de son temps jusqu’à aujourd’hui.

  • linogravure

    Une technique de gravure où l’image est découpée en relief sur une plaque de linoléum à l’aide de divers outils tranchants tels que des matoirs, des gouges et des couteaux. L’impression finale est créée en appliquant de l’encre sur la plaque de linoléum qui est ensuite appuyée sur une autre surface, à la main ou avec une presse à imprimer.

  • Lionni, Leo (Hollandais/Italien, 1910-1999)

    Influencé par le futurisme et le Bauhaus, Lionni est peintre et sculpteur, mais travaille également en dessin publicitaire et en édition, notamment pour Fortune et Sports Illustrated, entre autres publications du groupe Time-Life. En 1959, il commence à écrire et à illustrer des livres pour enfants.

  • Lippard, Lucy (Américaine, née en 1937)

    Auteure influente, critique d’art, activiste, conservatrice et première défenseure de l’art féministe, Lippard a contribué de manière déterminante à la compréhension du public de l’art conceptuel et du concept de dématérialisation, par ses publications et l’organisation d’expositions majeures, comme celle de 1969, 557,087 au Seattle Art Museum. Lippard a cofondé la Art Workers’ Coalition, qui a œuvré pour une meilleure rémunération de l’artiste et de meilleures conditions de vie.

  • Lismer, Arthur (Canadien/Britannique, 1885-1969)

    Paysagiste britannique et membre fondateur du Groupe des Sept en 1920, Lismer immigre au Canada en 1911. Il joue un rôle influent en enseignement de l’art auprès des enfants comme des adultes et met sur pied des écoles d’art pour enfants au Musée des beaux-arts de l’Ontario (1933) et au Musée des beaux-arts de Montréal (1946).

  • lithographie

    Procédé de reproduction inventé en 1798 en Allemagne par Aloys Senefelder. À l’instar d’autres méthodes planographiques de reproduction d’images, la lithographie repose sur le principe selon lequel la graisse et l’eau ne se mélangent pas. Placées sur la presse, les pierres lithographiques humectées et encrées imprimeront uniquement les zones précédemment enduites d’encre lithographique grasse.

  • Lochhead, Kenneth (Canadien, 1926-2006)

    Si Lochhead embrasse plusieurs styles durant sa carrière, il est surtout connu pour ses peintures colour-field des années 1960 et 1970. Directement inspiré par Barnett Newman et le critique Clement Greenberg, il joue un rôle essentiel dans la présentation des principes de la peinture abstraite moderniste à Regina, où il est directeur de l’École d’art de l’Université de la Saskatchewan.

  • Lockerby, Mabel (Canadienne, 1882-1976)

    Membre du Groupe de Beaver Hall, du Groupe des peintres canadiens (Canadian Group of Painters) et de la Société d’art contemporain, Mabel Lockerby est reconnue pour ses tableaux modernistes définis par un grand souci du design. Ses œuvres font partie des collections du Musée des beaux-arts du Canada à Ottawa, du Musée des beaux-arts de Montréal et du Musée des beaux-arts de l’Ontario à Toronto.

  • Loi sur le droit d’auteur du Canada

    Loi canadienne protégeant « toute œuvre littéraire, dramatique, musicale et artistique originale » d’une reproduction illégale. Adoptée pour la première fois en 1921, quand elle est modelée sur la Loi sur le droit d’auteur britannique de 1911, la loi a été amendée trois fois depuis, en raison principalement des nouvelles technologies.

  • Long, Marion (Canadienne, 1882-1970)

    Peintre portraitiste qui répond à beaucoup de commandes de portraits de personnalités canadiennes et de militaires de haut rang. Elle étudie longtemps auprès de George Reid au Ontario College of Art (Université de l’École d’art et de design de l’Ontario) et avec William Merritt Chase à la Art Students League of New York. En 1933, elle devient la première femme à être élue membre à part entière de l’Académie royale des arts du Canada depuis Dame Charlotte Schreiber en 1880.

  • Longfish, George C. (Sénéca, Tuscarora, né en 1942)

    Peintre et sculpteur influencé par l’activisme amérindien et l’abstraction moderniste. L’utilisation par Longfish de couleurs et de textes audacieux exprime l’idée du « vol de l'âme » des Amérindiens et explore la voie de la réappropriation de la spiritualité, en s’attaquant à la perte de l’information dont les peuples autochtones ont besoin pour s’épanouir spirituellement, culturellement et physiquement. Longfish a été professeur d’études amérindiennes à l’Université de Californie, à Davis, pendant plus de trente ans et directeur du C.N. Gorman Museum de 1974 à 1996.

  • Loring, Frances (Canadienne, 1887-1968)

    Importante figure pour le développement de la sculpture canadienne et d’un style de monuments publics nationaux. Loring et sa collègue sculptrice Florence Wyle, sa compagne de toute une vie, sont les premières sculptrices femmes véritablement reconnues au Canada. Loring conçoit et réalise le monument de l’autoroute Queen Elizabeth à Toronto (Queen Elizabeth Way Monument) et la statue de Robert Borden à Ottawa. Ardente défenseure des arts, elle participe à la fondation de la Société des sculpteurs du Canada (Sculptors Society of Canada) et de ce qui est devenu le Conseil des arts du Canada.

  • Lotto, Lorenzo (Italien, 1480-1556)

    Peintre renaissant de portraits et de sujets religieux imprégnés de mysticisme. Lotto a été influencé par Le Titien, Raphaël, et des artistes du Nord de l’Europe comme notamment Hans Holbein le Jeune. Il préconise la réalisation de portraits réalistes qui portent à la fois une forte charge émotive et un sentiment de dévotion divine. Vers la fin de sa vie, Lotto se retire dans un monastère. Il compte parmi les artistes les plus documentés de son époque surtout grâce à ses propres archives détaillées.

  • Louis, Morris (Américain, 1912-1962)

    Peintre surtout connu peut-être pour sa série de peintures tachistes qu’il réalise dans les années 1950 après avoir vu le travail d’Helen Frankenthaler. Avec son camarade artiste de Washington, Kenneth Noland, il devient un partisan majeur de la peinture colour-field, le successeur stylistique de l’expressionnisme abstrait, que le critique Clement Greenberg prône sous le nom de « post-painterly abstraction ».

  • Lozano-Hemmer, Rafael (Canadien/Mexicain, né en 1967)

    Artiste des nouveaux médias et d’installation internationalement reconnu pour ses projets publics interactifs de grandes dimensions basés sur des plateformes technologiques. Lozano-Hemmer utilise souvent la robotique, la surveillance informatisée, les projections, les téléphones cellulaires et la technologie du son, ainsi que les capteurs à ultrasons, pour créer des expériences activées par l’utilisateur et pour favoriser un sentiment de communauté dans les milieux urbains. En 1994, il invente le terme « architecture relationnelle » pour décrire ses œuvres.

  • Luke, Alexandra (Canadienne, 1901-1967)

    Peintre abstraite et membre du collectif Painters Eleven, Luke reçoit sa formation à la Banff School of Fine Arts et la Hans Hofmann School of Fine Arts au Massachusetts. Figure clé des débuts de l’art abstrait au Canada, Luke participe à l’exposition Canadian Women Artists (Femmes artistes canadiennes)présentée à New York en 1947.

  • Luke, Alexandra (Canadienne, 1901-1967)

    Peintre abstraite qui a étudié avec Jock Macdonald et Hans Hofmann, Alexandra Luke a organisé la Canadian Abstract Exhibition (Exposition canadienne d’art abstrait) en 1952, qui a mené à la formation, en 1953, du groupe Painters Eleven. Connue comme une coloriste, Luke a fait partie du groupe jusqu’à sa dissolution en 1960.

  • lumière spirituelle

    Dans la religion d’Eckankar, la lumière spirituelle réfère à l’une des principales voies par lesquelles les pratiquants peuvent rencontrer Dieu en eux-mêmes. L’autre voie est le son.

  • luminisme

    Au milieu du vingtième siècle, les critiques commencent à utiliser le terme «luminisme» pour décrire un style de paysage américain issu de la Hudson River School une centaine d’années auparavant. Comme les impressionnistes, les luministes américains s’intéressent à la représentation des effets de la lumière, mais contrairement à leurs homologues français, leurs peintures sont très détaillées et leurs coups de pinceau sont cachés. Parmi les figures phares de ce groupe se trouvent Frederic Edwin Church, Albert Bierstadt, John Frederick Kensett et Fitz Henry Lane.

  • Luna, James (Puyukitchum/Ipai/Autochtone du Mexique, 1950-2018)

    Artiste autochtone de performance conceptuelle et d’installation reconnu pour ses façons d’utiliser son corps pour critiquer les institutions. Dans The Artifact Piece (L’objet d’artefact), Luna s’étend avec des objets personnels à l’intérieur d’une vitrine en verre dans un musée et se présente comme un artefact. Sa provocation et son humour visent à placer le public devant les préjugés des institutions culturelles et de la culture dominante. En 2005, Luna est sponsorisé par la Smithsonian Institution pour participer à la Biennale de Venise.

  • Lyall, Laura Muntz (Canadienne, 1860-1930)

    Peintre, spécialiste de portraits évocateurs de maternité et d’enfance, Laura Muntz Lyall est une des premières femmes artistes au Canada à attirer l’attention d’une audience internationale. Lyall reçoit sa formation de J. W. L. Forster à Hamilton et à l’Académie Colarossi à Paris. Ses œuvres représentent des scènes familiales intimes et chaleureuses avec un sens très riche de la couleur et de la lumière.

  • Lyman, John (Canadien, 1886-1967)

    Peintre et critique d’art, Lyman fonde la Société d'art contemporain (Contemporary Arts Society). Ardent défenseur de la culture artistique canadienne, il ouvre l’Atelier, une école de peinture, de dessin et de sculpture, en plus d’écrire pour le journal The Montrealer. Se démarquant de ceux qui revendiquent un style pictural proprement canadien, Lyman plaide en faveur d’une approche internationale.

Download Download