• MacCallum, James (Canadien, 1860-1945)

    Ophtalmologiste de Toronto, le Dr MacCallum est ami et mécène de Tom Thomson et du Groupe des Sept. En 1913, avec Lawren Harris, il conçoit et finance le Studio Building à Toronto pour en faire un lieu où les artistes peuvent vivre et travailler. En 1914, il offre à A. Y. Jackson et à Tom Thomson de les soutenir pendant un an, leur permettant ainsi de se consacrer pleinement à la peinture. Il lègue sa collection au Musée des beaux-arts du Canada à Ottawa.

  • MacDonald, J. E. H. (Canado-Britannique, 1873-1932)

    MacDonald, un des fondateurs du Groupe des Sept, est peintre, graveur, calligraphe, professeur, poète et designer. Son traitement sensible du paysage canadien s’inspire de la poésie de Walt Whitman et de la conception de la nature d’Henry David Thoreau.

  • Macdonald, Jock (Britannique/Canadien, 1897-1960)

    Peintre, graveur, illustrateur et professeur qui figure parmi les pionniers de l’art abstrait au Canada. Macdonald débute comme peintre-paysagiste, pour ensuite se tourner vers l’abstraction dans les années 1940, sous l’influence de Hans Hofmann et de Jean Dubuffet. Macdonald est un des fondateurs du collectif Painters Eleven en 1953. (Voir Jock Macdonald. Sa vie et son œuvre, par Joyce Zemans.)

  • Macdonald-Wright, Stanton (Américain, 1890-1973)

    L’un des premiers artistes abstraits américains. Morgan Russell et lui élaborent le synchromisme alors qu’ils vivent tous deux à Paris. Macdonald-Wright s’intéresse passionnément à l’art de l’Asie de l’Est et, vers la fin de ses jours, il vit dans un monastère japonais.

  • Mackenzie, Landon (Canadienne, née en 1954)

    Artiste et enseignante établie à Vancouver, dont les peintures abstraites de grand format sont foncièrement conceptuelles, tout en évoquant des formes naturelles. Ses œuvres sont caractérisées par des couleurs brillantes et intègrent souvent des éléments de collage, de texte et de cartographie. Mackenzie enseigne la peinture et le dessin à la Emily Carr University of Art + Design.

  • Mahias, Robert (Français, 1890-1962)

    Décorateur renommé à Paris, Mahias s’installe à Montréal dans les années 1920, où il enseigne à l’École des beaux-arts et réalise des œuvres pour des églises aux États-Unis et au Canada. À son retour à Paris, il enseigne à l’École des arts appliqués.

  • Malevich, Kazimir (Russe, 1878-1935)

    Importante figure de l’essor de l’abstraction géométrique, dont les inclinations religieuses et mystiques influencent profondément son désir d’abandonner, comme artiste, la représentation du monde visible. Ses œuvres suprématistes radicalement austères sont exposées pour la première fois à Moscou en 1915. Malevich se remet à la peinture figurative à la fin des années 1920.

  • mandorle

    Auréole de lumière en forme d’amande qui entoure les personnages sacrés dans l’art religieux (généralement chrétien ou bouddhiste).

  • Manet, Édouard (Français, 1832-1883)

    Considéré comme un précurseur du mouvement moderniste, Édouard Manet fuit les thèmes traditionnels pour se pencher vers des représentations de la vie urbaine de son époque qui incorporent des références aux œuvres classiques. Son œuvre est rejeté par la critique, mais son style non conformiste influence les impressionnistes.

  • manitou

    Les manitous sont une force de vie spirituelle omniprésente chez de nombreux groupes autochtones d’Amérique du Nord, y compris les Algonquins. Les esprits sacrés sont étroitement liés aux organismes, à l’environnement et aux événements qui contribuent à établir un lien entre leurs récits culturels et leurs modes de vie.

  • Marc, Franz (Allemand, 1880-1916)

    Peintre très influencé par l’impressionnisme, le postimpressionnisme, l’expressionnisme et le futurisme, ainsi que par Vincent van Gogh et Robert Delaunay. Au fil de sa carrière, Marc pratique de plus en plus l’art abstrait. Membre éminent du groupe Le Cavalier bleu, il est considéré parmi les plus importants expressionnistes allemands. Il est tué lors de la Première Guerre mondiale.

  • Marie de l’Incarnation (Française, 1599-1672)

    Religieuse ursuline, missionnaire et fondatrice de l’ordre des ursulines au Canada. Mariée à quatorze ans mais veuve à 32 ans, elle entre chez les ursulines à la mort de son mari, confiant son fils à sa sœur. Elle quitte la France pour Québec en 1639 avec d’autres religieuses. Elles deviennent les premières missionnaires féminines en Amérique du  Nord. Elle ne revient jamais en France.

  • Martin, David Stone (Américain, 1913-1992)

    Concepteur graphique et illustrateur prolifique et influent, au style cinétique et calligraphique. Pendant la Seconde Guerre mondiale, David Stone Martin est correspondant pour le magazine Life, comme artiste. Il est surtout connu pour les centaines de pochettes d’albums qu’il réalise, consacrées surtout à des musiciens de jazz, dont Art Tatum, Ella Fitzgerald et Billie Holiday.

  • Martin, John (Canadien, 1904-1965)

    Aquarelliste, graveur et illustrateur, membre de l’Académie royale des arts du Canada et du Groupe des peintres canadiens (Canadian Group of Painters), Martin enseigne le design graphique au Ontario College of Art de Toronto. Son travail est représenté au Musée des beaux-arts du Canada.

  • Martin, Ron (Canadien, né en 1943)

    Peintre abstrait, Martin s’intéresse au processus et à la gestuelle de la création artistique. Depuis 1965, ses tableaux ont fait l’objet d’expositions individuelles et collectives partout dans le monde, notamment au Musée des beaux-arts du Canada et au Musée des beaux-arts de l’Ontario.

  • Masciuch, John (Canadien, né en 1944)

    Membre actif de la scène artistique vancouvéroise des années 1960, créateur de sculptures « son et lumière », dont certaines sont actionnées par le corps du spectateur. Masciuch, qui utilise également le pseudonyme John Neon, amorce à la fin des années 1960 une collection de tubes néon; il en amassera quelque cinq mille.

  • Masson, Henri (Belge/Canadien, 1907-1996)

    Henri Masson quitte la Belgique pour le Canada à l’adolescence. Il entame sa vie professionnelle comme graveur, tout en peignant le soir. Sa première exposition individuelle a lieu à la Picture Loan Society en 1934. Il expose également sur la scène internationale. Ses œuvres figurent aujourd’hui dans d’importantes collections canadiennes, dont celles de la Vancouver Art Gallery, du Musée des beaux-arts de l’Ontario et du Musée des beaux-arts du Canada.

  • Mathieu, Georges (Français, 1921-2012)

    Sculpteur, designer, illustrateur et peintre qui s’intéresse à la peinture abstraite dans les années 1940. L’œuvre de Mathieu est associée à plusieurs mouvements européens d’après-guerre apparentés — dont le tachisme et l’art informel — qui privilégient l’abstraction géométrique et une gestuelle spontanée, tendances qu’il contribue à initier.

  • matiérisme

    Technique de peinture où la matière est appliquée successivement, en couches épaisses, et qui fait parfois appel à des matériaux non traditionnels, comme le sable, le gravier, le plâtre et la cire. Cette technique est généralement associée au mouvement de l’art informel européen des années 1950. On la retrouve dans les œuvres de Jean Fautrier et de Jean Dubuffet.

  • Matisse, Henri (Français, 1869-1954)

    Peintre, sculpteur, graveur, dessinateur et graphiste, adepte à différents moments de l’impressionniste, du postimpressionniste et du fauvisme. Dans les années 1920, il est, avec Pablo Picasso, l’un des peintres les plus célèbres de sa génération, réputé pour sa palette et son dessin remarquables.

  • McCarthy, Doris (Canadienne, 1910-2010)

    Formée par des membres du Groupe des Sept, McCarthy réalise des centaines de paysages et de tableaux abstraits, et enseigne à des générations d’élèves au cours de sa remarquable carrière de quatre-vingts ans. Elle est la première femme à avoir occupé la présidence de l’Ontario Society of Artists.

  • McCurry, H. O. (Canadien, 1889-1964)

    Fervent collectionneur et promoteur de l’art et de la formation artistique au Canada, H.O. McCurry est le protecteur de l’artiste Tom Thomson et un proche du Groupe des Sept. Il dirige la Galerie nationale du Canada (aujourd’hui le Musée des beaux-arts du Canada) de 1939 à 1955.

  • McEwen, Jean (Canadien, 1923-1999)

    Malgré l’emploi de la gestuelle et de l’empâtement chers aux automatistes, McEwen est à proprement parler un peintre post-automatiste, car il utilise des procédés plus structurés et rigoureux pour réaliser ses toiles caractéristiques dont les surfaces sont entièrement recouvertes de textures et de nuances diverses. À Paris, en 1952-1953, il est influencé par Jean-Paul Riopelle et Sam Francis et, avec eux, découvre le travail de Claude Monet.

  • McInnes, Graham Campbell (Britannique, 1912-1970)

    Diplomate, écrivain, journaliste et communicateur, Graham Campbell McInnes est l’auteur de plusieurs ouvrages, dont A Short History of Canadian Art (1939).

  • McKague (Housser), Yvonne (Canadienne, 1898-1996)

    Peintre et professeure, membre fondatrice du Groupe des peintres canadiens et de la Federation of Canadian Artists, associée au Groupe des Sept et à l’Art Students’ League, Yvonne Housser McKague peint le paysage canadien dans un style sans cesse plus abstrait et expressionniste. Elle est faite membre de l’Ordre du Canada en 1984.

  • McLaren, Norman (Écossais/Canadien, 1914-1987)

    Norman McLaren amorce sa carrière au bureau central de la poste écossaise avant de suivre le producteur cinématographique John Grierson à l’Office national du film du Canada. Cinéaste avant-gardiste, McLaren crée des films d’animation de style abstrait dans le cadre desquels il expérimente diverses techniques, par exemple le dessin sur celluloïd, l’animation de découpages et la surimpression. Il produit au total 72 films.

  • McLaughlin, Isabel (Canadienne, 1903-2002)

    Peintre moderniste connue pour ses paysages ruraux et urbains. Influencée au début de sa carrière par les travaux du Groupe des Sept, Isabel McLaughlin s’oriente plus tard vers une esthétique simplifiée intégrant motifs et concepts. Elle est l’une des membres fondateurs du Groupe des peintres canadiens (Canadian Group of Painters) qu’elle préside en 1939.

  • McLean, J. S. (Canadien, 1876-1954)

    Homme d’affaires et mécène, J.S. McLean constitue une substantielle collection d’art canadien moderne, de 1934 à 1954, qui est l’objet d’une exposition à la Galerie nationale du Canada (aujourd’hui le Musée des beaux-arts du Canada) en 1952 et au Musée des beaux-arts de l’Ontario en 1999. Riche en œuvres d’A.Y. Jackson, de Carl Schaefer, de Paraskeva Clark et de David Milne, elle est maintenant conservée en grande partie au Musée des beaux-arts de l’Ontario.

  • McLean, Jason (Canadien, né en 1971)

    Artiste originaire de London en Ontario dont les tableaux, sculptures et dessins documentent ses expériences dans un langage spontané, qui évoque la bande dessinée en combinant le texte avec des formes figuratives. Son œuvre fait partie, entre autres, des collections du Musée des beaux-arts du Canada à Ottawa et de la Vancouver Art Gallery.

  • McLuhan, Marshall (Canadien, 1911-1980)

    Théoricien des médias et intellectuel grand public, McLuhan devient une star internationale en 1964, quand paraît son livre intitulé Pour comprendre les médias. Il s’attire de fidèles disciples parmi les acteurs de la contreculture des années 1960. « Le message, c’est le médium », sa phrase célèbre, devient un aphorisme populaire. Il crée et dirige le Centre for Culture and Technology (centre de culture et de technologie, devenu le McLuhan Program in Culture and Technology ou programme McLuhan de culture et de technologie) à l’Université de Toronto.

  • McNeely, Tom (Canadien, né en 1935)

    Aquarelliste qui produit de nombreuses illustrations sur commande pour des documentaires télévisés, des journaux et des livres. McNeely signe également la page de garde de nombreux ouvrages de Pierre Berton, populaire historien canadien.

  • Mead, Ray (Britannique/Canadien, 1921-1998)

    Membre fondateur des Painters Eleven, Ray Mead est un peintre expressionniste abstrait dont l’œuvre est caractérisé par d’audacieux à-plats de couleur, des formes en noir et blanc et des compositions complexes, inspirées par sa réflexion sur les souvenirs.

  • Mednikoff, Reuben (Britannique, 1906-1972)

    Artiste, poète et conjoint de Grace Pailthorpe, Mednikoff initie cette professeure influente à la technique surréaliste de l’automatisme. Tous deux participent à la London International Surrealist Exhibition de 1936, et André Breton cite leurs œuvres comme les meilleures exposées par des artistes anglais. Mednikoff, tout comme Pailthorpe, est également un membre fondateur du British Surrealist Group.

  • Mekas, Jonas (Lithuanien/Américain, né en 1922)

    Considéré comme le parrain du cinéma d’avant-garde américain, Mekas commence à réaliser des films 16 mm à son arrivée à New York en 1949. Il joue un rôle déterminant dans l’établissement et la défense de la scène cinématographique underground de la ville. Il organise des projections, fonde la revue Film Culture, cofonde l’Anthology Film Archives, et collabore avec divers artistes, dont Salvador Dalí, Allen Ginsberg, John Lennon et Andy Warhol.

  • Michel-Ange (Italien, 1475-1564)

    Sculpteur, peintre, architecte, ingénieur et poète de la Renaissance classique, Michelangelo di Lodovico Buonarroti Simoni est renommé de son vivant et on le considère comme l’un des plus grands artistes de l’histoire. Ses œuvres les plus célèbres comprennent les sculptures David et Pietà, les fresques de la chapelle Sixtine et sa conception du dôme de la basilique de Saint-Pierre de Rome.

  • Micipijiu (Michipichou)

    Dans les légendes anishinabées, cette puissante créature aquatique, « le grand lynx », qui vit dans les Grands Lacs et dans les cours d’eau environnants, peut être une force de protection ou de destruction. On trouve de nombreuses images de Michipichou sur les rochers de la région, le plus célèbre étant le rocher d’Agawa, sur les rives du lac Supérieur.

  • Midéwiwin

    Société rituelle fermée constituée essentiellement d’hommes anishinabés établie dans la région supérieure des Grands Lacs, dans le nord des Prairies et dans certaines zones subarctiques. Aussi appelée Société de la grande médecine. Les Midéwiwins sont responsables de la santé et du bien-être physiques et spirituels des membres de leurs communautés.

  • Mies van der Rohe, Ludwig (Allemand, 1886-1969)

    Un des principaux architectes, concepteurs de mobilier et professeurs du vingtième siècle, van der Rohe est largement responsable du développement de l’architecture moderniste. Il dirige le Bauhaus à partir de 1930 jusqu’à sa fermeture, sous la pression des Nazis, en 1933. En 1938, il s’établit à Chicago, où il enseigne et exerce son métier jusqu’aux années 1960.

  • Miller, Alfred Jacob (Américain, 1810-1874)

    Peintre reconnu pour ses représentations romantiques de l’Ouest américain. Tantôt vastes et dramatiques, tantôt d’une délicate intimité, ses peintures à l’huile représentant des paysages, des piégeurs et des peuples autochtones sont créées à partir des centaines d’esquisses à l’aquarelle que Miller réalise dans les années 1830, alors qu’il fait partie d’une expédition dans les montagnes Rocheuses.

  • Milne, David (Canadien, 1882-1953)

    Peintre, graveur et illustrateur dont les œuvres (généralement des paysages) aux tons brillants témoignent d’un souci d’intégrer ses influences impressionnistes et postimpressionnistes. Au début de sa carrière, Milne vit à New York. Il suit des cours à l’Art Students League et participe à l’Armory Show en 1913.

  • minimalisme

    Tendance de l’art abstrait caractérisée par une restriction extrême de la forme, très populaire auprès des artistes américains des années 1950 aux années 1970. Si tout médium se prête au minimalisme, il est surtout associé à la sculpture : parmi les principaux minimalistes, mentionnons Carl Andre, Donald Judd et Tony Smith. Parmi les peintres minimalistes, mentionnons Agnes Martin, Barnett Newman, Kenneth Noland et Frank Stella.

  • Mir Iskousstva (Le Monde de l’art)

    Nom d’un collectif artistique, puis titre d’une revue publiée par Sergei Diaghilev, fondateur des Ballets russes. Le groupe est dominé par des tendances symbolistes et esthétistes, mais on trouve peu de cohérence stylistique entre les membres. Le collectif et le journal font la promotion de l’individualisme et de l’unité dans les arts.

  • Miró, Joan (Espagnol, 1893-1983)

    Artiste prolifique qui compte parmi les figures qui façonnent l’histoire de l’art abstrait au vingtième siècle. Pratiquant la peinture, la sculpture, la gravure et les arts décoratifs, Miró crée un œuvre pétri de l’influence des paysages de son pays natal. Bien qu’influencé par les surréalistes français, il se façonne néanmoins un style hautement personnel.

  • Miskwaabik Animiiki (Oiseau-Tonnerre de cuivre)

    Nom anishinabé donné à Norval Morrisseau alors qu’il est gravement malade durant sa jeunesse. Dans la cosmologie anishinabée, le cuivre possède un pouvoir sacré, et l’Oiseau-Tonnerre est un puissant manitou, ou esprit, du monde céleste.

  • modernisme

    Mouvement qui s’étend du milieu du dix-neuvième au milieu du vingtième siècle dans tous les domaines artistiques, le modernisme rejette les traditions académiques au profit de styles novateurs qui se développent en réaction à l’industrialisation de la société contemporaine. Commençant en peinture par le mouvement réaliste mené par Gustave Courbet, il évolue vers l’impressionnisme, le postimpressionnisme, le fauvisme, le cubisme, et enfin l’abstraction. Dans les années 1960, les styles postmodernistes antiautoritaires tels que le pop art, l’art conceptuel et le néo-expressionnisme brouillent les distinctions entre beaux-arts et culture de masse.

  • modernisme international

    Né vers 1920, le modernisme international atteint son apogée au milieu du vingtième siècle avec une architecture à l’esthétique dépouillée et rectiligne, composée de surfaces planes et de grandes zones vitrées structurées par des cadres d’acier. Walter Gropius, Le Corbusier, Richard Neutra et Philip Johnson en sont les figures phares.

  • Molinari, Guido (Canadien, 1933-2004)

    Peintre et théoricien, membre du mouvement plasticien de Montréal. À compter du milieu des années 1950, il donne de nouveaux modèles à la peinture géométrique dans le monde. Ses peintures à bandes verticales aux « arêtes nettes » créent l’illusion d’un espace dynamique, avivé par l’attention que porte le spectateur à la modulation des couleurs engendrée par leur répétition rythmique sur la toile.

  • Mondrian, Piet (Hollandais, 1872-1944)

    Parmi les principales figures de l’art abstrait, réputé pour ses peintures géométriques en « grille », composées de lignes droites noires et de carrés aux couleurs vives. Mondrian est l’artiste qui a le plus influé sur la culture visuelle contemporaine. Pour lui, son style rigoureux et très restrictif, surnommé néoplasticisme, exprime des vérités universelles.

  • Monet, Claude (Français, 1840-1926)

    Un des fondateurs du mouvement impressionniste en France, dont les paysages et les marines sont parmi les œuvres les plus emblématiques de l’art occidental. À l’adolescence, Monet commence à peindre en plein air et y revient pendant toute sa carrière pour explorer les effets atmosphériques et les phénomènes perceptuels qui l’intéressent à titre d’artiste.

  • monotype

    Type de gravure résultant d’un processus qui ne produit qu’une épreuve. Un monotype est réalisé en dessinant ou peignant une image directement sur une planche vierge, puis en la transférant sur papier sous la pression d’une presse à imprimer.

  • Monsù Desiderio

    Nous savons maintenant que « Monsù Desiderio » est le pseudonyme de deux artistes, François de Nomé (Français, vers 1593-après 1644) et Didier Barra (Français, 1590[?]-1650[?]). Tous deux natifs de Metz, ils s’établissent à Naples, où ils travaillent occasionnellement ensemble. Barra peint surtout des vues de Naples, tandis que de Nomé est reconnu pour ses peintures représentant architecture, ruines et bâtiments fantasques.

  • Moore, Henry (Britannique, 1898-1986)

    Un des sculpteurs les plus importants du vingtième siècle. Dès ses débuts, l’œuvre de Moore reflète l’influence de la sculpture non européenne; plus tard, il s’inspire de matériaux naturels, tels les os et les cailloux. Sa technique l’appelle à sculpter à même ses matériaux, qu’il s’agisse de bois, de pierre ou de plâtre.

  • Moreau, Gustave (Français, 1826-1898)

    Peintre et enseignant, Gustave Moreau est un précurseur des mouvements symboliste et surréaliste. Il peint des scènes bibliques et mythologiques, et insuffle à son œuvre un sens mystique. Moreau enseigne notamment à Henri Matisse, Georges Rouault et Albert Marquet à l’École des beaux-arts de Paris.

  • Morisot, Berthe (Française, 1841-1895)

    Peintre et graveure qui connaît le succès au Salon de Paris avant de participer, à la fin des années 1860, au mouvement impressionniste naissant. Elle en devient l’une des principales figures, mieux connue pour ses peintures de la vie domestique.

  • Morisset, Gérard (Canadien, 1898-1970)

    Avocat de formation, Morisset quitte bientôt cette profession pour se consacrer à l’étude et à la promotion de la culture québécoise. Il est directeur du Musée du Québec de 1953 à 1965 et sa collection de données et de documents liés aux œuvres d’art du Québec, débutée en 1937, reste une précieuse ressource.

  • Morrice, James Wilson (Canadien, 1865-1924)

    Morrice, un des premiers peintres modernistes du Canada et un des premiers artistes canadiens à se mériter une renommée internationale de son vivant, est plus célèbre en Europe que dans son pays natal. Il est particulièrement reconnu pour ses paysages aux couleurs riches où l’on remarque l’influence de James McNeill Whistler et du postimpressionnisme.

  • Morris, Michael (Britannique/Canadien, né en 1942)

    Artiste polyvalent aux multiples pseudonymes (dont Marcel Dot et Marcel Idea), touche-à-tout de l’art, de la peinture à la vidéo, Michael Morris travaille souvent en collaboration, réitérant sans relâche l’importance des réseaux artistiques. C’est précisément dans cette perspective qu’en 1969, il crée avec Vincent Trasov un système d’échange d’informations et d’idées entre artistes, appelé Image Bank. Sous le nom de Marcel Dot, il est couronné gagnant du The 1971 Miss General Idea Pageant (Concours de beauté Miss General Idea 1971), 1971, une performance très élaborée mise en scène par General Idea au Musée des beaux-arts de l’Ontario, à Toronto.

  • Mortimer-Lamb, Harold (Britannique/Canadien, 1872-1970)

    Bien qu’il mène une carrière dans le secteur minier, Lamb est également critique d’art. Dans ses articles enthousiastes publiés par The Canadian Magazine et la revue britannique The Studio, il présente les artistes « modernes » du Groupe des Sept. Photographe et collectionneur de peinture, de céramique et de photographie, il cofonde les Vanderpant Galleries à Vancouver, et joue un rôle prépondérant sur la scène artistique de cette ville. (Voir Robert Amos, Harold Mortimer-Lamb: The Art Lover.)

  • Motherwell, Robert (Américain, 1915-1991)

    Membre de la New York School, personnage central de l’expressionnisme abstrait, maître et conférencier influent, Robert Motherwell recourt aux techniques de l’automatisme dans nombre de ses peintures et de ses collages. Tout au long de sa carrière, il produit une série baptisée Elegy to the Spanish Republic inspirée par la guerre civile qui a déchiré ce pays.

  • Mousseau, Jean-Paul (Canadien, 1927-1991)

    Sculpteur, peintre, illustrateur et designer, Mousseau est un protégé de Paul-Émile Borduas et le plus jeune membre des Automatistes. Figure marquante de la scène artistique montréalaise, il fait appel à divers matériaux, notamment le plastique, le néon et l’aluminium.

  • Mouvement de l’art régionaliste (régionalisme de London)

    Mouvement de l’art canadien du milieu du vingtième siècle, centré à London (Ontario). Ses membres – dont Chambers, Greg Curnoe et Ron Martin – rejettent la notion de métropole comme lieu et sujet obligatoires de la production artistique, et préfèrent plutôt s’inspirer de leur propre vie et de leur région.

  • Muhlstock, Louis (Galicien/Canadien, 1904-2001)

    Peintre et dessinateur bien connu pour ses représentations intimes de Montréal durant la Dépression, qui trahissent une grande compassion. Ses dons pour le dessin sont perceptibles dans ses portraits, ses paysages urbains et ses intérieurs, qui illustrent souvent les effets du déclin économique. Muhlstock est fait Officier de l’Ordre du Canada en 1991.

  • Munch, Edvard (Norvégien, 1863-1944)

    Préfigurant le mouvement expressionniste, l’œuvre de Munch représente essentiellement les émotions de l’artiste – la peur, la solitude, le désir sexuel et l’effroi. Peintre, graveur et dessinateur prolifique et admiré, Munch est surtout connu pour son tableau Le cri.

  • Murray, Robert (Canadien, né en 1936)

    Sculpteur originaire de la Saskatchewan et établi à New York, Robert Murray fait sa formation à Saskatoon, à Regina et à San Miguel de Allende au Mexique. Il s’installe aux États-Unis en 1960. La même année, la ville de Saskatoon lui accorde la première des commandes d’œuvres d’art public de sa carrière. Son travail est représenté dans de grandes collections des États-Unis et du Canada.

  • Musée McCord

    Musée montréalais d’histoire locale et nationale, inauguré en 1921. Variée, sa collection comprend les archives photographiques Notman : environ 1 300 000 photographies de William Notman, des employés de son studio et d’autres photographes, des années 1840 à aujourd’hui, ainsi que de l’équipement photographique et des documents connexes.

  • Music Gallery

    Institution torontoise qui se consacre au développement, à la production et à la présentation de musique expérimentale, fondée en 1976 par Peter Anson et Al Mattes, membres originaux du CCMC, « l’orchestre de musique libre » de neuf instrumentistes.

  • Muybridge, Eadweard (Britannique, 1830-1904)

    Photographe expérimental et de paysages, surtout connu pour ses études pionnières du mouvement. De 1872 — quand il photographie la démarche d’un cheval de Leland Stanford — jusqu'aux années 1890, Muybridge fait des milliers de photos d'animaux et d'êtres humains en mouvement; son portfolio Mouvement animal, 1887, en comprend près de 20 000.

  • Myre, Nadia (Algonquin, la Première Nation Kitigan Zibi Anishinabeg, née en 1974)

    Artiste multidisciplinaire de la Première Nation Kitigan Zibi Anishinabeg, Myre explore les thèmes de l’identité, de la langue, de la perte et du désir. Elle sollicite souvent la participation d’autres personnes, notamment pour son Scar Project (Cicatrices) (entrepris en 2004) pour lequel elle invite des membres du public à exprimer leurs « blessures » au moyen de certains processus créatifs. Myre a remporté en 2014 le prestigieux Prix Sobey pour les arts.

  • McNicoll, Helen (Canadienne, 1879-1915)

    McNicoll est reconnue pour le rôle significatif qu’elle a joué dans la transmission de l’impressionnisme au Canada. Née dans une famille de riches anglophones montréalais, elle étudie avec William Brymner à l’Art Association of Montreal, ainsi qu’à la  Slade School of Fine Art de Londres et elle travaille dans de nombreuses colonies d'artistes à travers l’Europe avec son amie intime et collègue artiste Dorothea Sharp. Ses œuvres représentant des paysages ruraux, de charmants enfants et des figures féminines modernes sont reconnues pour leur brillante luminosité. (Voir Helen McNicoll. Sa vie et son œuvre par Samantha Burton)

  • Morrisseau, Norval (Anishinaabe, 1931-2007)

    Peintre reconnu pour avoir représenté les légendes Anishinaabe et des thèmes spirituels personnels et hybrides avec des couleurs vives et des lignes fortes, Morrisseau est une figure cruciale dans la présentation de l’art autochtone contemporain sur la scène plus large de l’art canadien. Il fonde l’école de Woodland et inspire une génération de jeunes artistes des Premières Nations. En 1978 Morrisseau est investi de l’Ordre du Canada et en 2006 le Musée des beaux-arts du Canada présente une rétrospective majeure de son travail. (Voir Norval Morrisseau. Sa vie et son œuvre par Carmen Robertson.)

  • Munn, Kathleen (Canadienne, 1887-1974)

    Peintre moderne de paysages, de portraits, de sujets religieux et de natures mortes dans un style qui doit au cubisme, au postimpressionnisme et à la symétrie dynamique. Munn étudie à la Art Students League of New York en 1912, où elle rencontre l’avant-garde américaine. Au milieu des années 1920, Munn devient l’amie de Bertram Brooker, qui se révèle un important lien entre elle et le Groupe de Sept ainsi qu’avec les grands collectionneurs. Ce n’est qu’après la mort de l’artiste que son travail devient plus reconnu, en grande partie grâce à un processus de rétablissement mené au milieu des années 1980 par Joyce Zemans à York University. (Voir Kathleen Munn. Sa vie et son œuvre  par Georgiana Uhlyarik.)

  • MacKay, D. C. (Canadien, 1906-1979)

    Illustrateur et graveur originaire des Maritimes, il étudie à Londres et à Paris avant de s’installer définitivement à Halifax. MacKay s’enrôle dans la Marine royale du Canada en 1939, et sert d’abord comme lieutenant avant d’être nommé artiste de guerre. À son retour, il devient directeur du Nova Scotia College of Art (aujourd’hui Université NSCAD), jusqu’à sa retraite en 1971.

  • Magritte, René (Belge, 1898-1967)

    Figure majeure de l’art du vingtième siècle et l’un des peintres surréalistes les plus importants. Magritte découvre le surréalisme par l’entremise d’André Derain et de Paul Éluard alors qu’il vit à Paris à la fin des années 1920, et il participe aux activités du groupe dans les années 1930. Parmi ses nombreuses oeuvres célèbres se trouvent La Trahison des images et Le Fils de l’homme.

  • Masaccio (Italien, 1401-1428)

    Maître de la première Renaissance italienne, son utilisation distinctive de la lumière (pour modeler ses figures) et de la perspective (pour les situer dans l’espace tridimensionnel) influence le développement de la peinture florentine. Son oeuvre La Trinité, une fresque peinte dans l’église Santa Maria Novella à Florence, illustre son style innovant. Masaccio meurt à l’âge de 27 ans à Rome.

  • Maxwell, Edward et William S. (Canadiens, 1867-1923 et 1874-1952)

    Nés à Montréal, les frères Edward et William S. Maxwell sont devenus partenaires d’un cabinet d’architectes en 1902 et ont légué à la postérité un riche patrimoine urbain. Parmi les bâtiments des Maxwell, on compte le Château Frontenac à Québec, le Saskatchewan Legislative Building à Regina et l’édifice de l’Art Association of Montreal, aujourd’hui le Musée des beaux-arts de Montréal.

  • Mille carré doré (ou Mille carré)

    Historiquement, un quartier prospère de Montréal, développé entre 1840 et 1930 aux pieds du mont Royal dans le secteur centre-ouest de l’actuel centre-ville de Montréal. Habité principalement par des anglophones écossais et par la classe supérieure, le quartier était renommé pour son architecture de style victorien et Art déco et pour ses propriétés de prestige empruntant divers styles, comme le néoclassicisme et le néo-roman. Après la Seconde Guerre mondiale, beaucoup de ces bâtiments ont été réaffectés ou démolis.

  • Millet, Jean-François (Français, 1814-1875)

    Né dans une famille de paysans, Millet est un des fondateurs de l’école de Barbizon, un groupe qui peint en plein air, d’après nature, et qui préconise le paysage comme sujet. Il est surtout connu pour ses représentations empathiques de travailleurs ruraux et de paysans, créées au moment où la révolution industrielle occasionne des migrations massives de la campagne vers les centres urbains, comme Paris. Millet reçoit la Légion d’honneur en 1868 et a été une source d’inspiration pour Vincent van Gogh.

  • Macquarrie, Donald (Écossais, 1872-après 1934)

    Peintre paysagiste écossais qui a étudié à l’École des beaux-arts de Glasgow et qui a vraisemblablement ouvert un studio à Winnipeg en 1910. MacQuarrie est nommé le premier conservateur de la Winnipeg Art Gallery lorsqu’elle ouvre ses portes en 1912. Il partage un studio avec Lionel LeMoine FitzGerald pendant cette période et enseigne à la Winnipeg School of Art de 1913 à 1914.

  • Miller, Kenneth Hayes (Américain, 1876-1952)

    Peintre urbain américain et professeur influent, il enseigne à l’Art Students League of New York pendant quarante ans, à partir de 1911. Miller s’inspire des techniques des grands maîtres, comme l’utilisation de l’ébauche et du glacis dans des scènes de la vie urbaine, telles que celles figurant Union Square à New York, les vendeuses, les membres de la haute société et la clientèle des grands magasins.

  • Musgrove, Alexander (Écossais/Canadien, 1882-1952)

    Peintre écossais et professeur d’art spécialisé en aquarelle. En 1913, il immigre à Winnipeg, où il est fait directeur de l’École des beaux-arts de la ville jusqu’en 1921, alors qu’il ouvre sa propre école, la Western Art Academy. Musgrove est très actif au profit de la vitalisation de la scène artistique manitobaine. Il fonde le Winnipeg Art Students Club (plus tard, le Winnipeg Sketch Club) en 1914, aide à rétablir la Société des artistes du Manitoba en 1925, et est le conservateur du Musée des beaux-arts de Winnipeg de 1932 à 1949.

Download Download