• S.L. Simpson Gallery

    Galerie de l’ouest de Toronto, propriété de Sandra L. Simpson qui l’exploite de 1980 à 1998. La galerie accueille un grand nombre des artistes canadiens contemporains les plus importants du vingtième siècle, dont Douglas Walker, Joanne Tod et Garry Neil Kennedy.

  • sac de médecine

    Généralement porté par les chamans des cultures autochtones nord-américaines, le sac de médecine contient des objets sacrés pour celui qui les porte. Utilisé dans divers rituels, il peut contenir des plumes, des plantes curatives, des pipes en pierre et des peaux d’animaux.

  • Salon du printemps

    De 1880 à 1965, des Salons du printemps sont organisées chaque année par l’Art Association of Montreal (aujourd’hui le Musée des beaux-arts de Montréal). Ces expositions, plus communément identifiées par leur nom anglais de Spring Exhibitions, présentent les plus récents développements de l’art québécois et canadien. Le Salon et les prix qu’on y décerne constituent une vitrine importante pour les jeunes artistes.

  • Sampson-Matthews Ltd.

    Firme de design et d’imprimerie de Toronto, Sampson-Matthews Ltd. (fondée en 1917) s’associe à la Galerie nationale du Canada (aujourd’hui le Musée des beaux-arts du Canada) pour mettre sur pied un projet artistique durant la guerre. De 1942 à 1945, trente-six sérigraphies de haute qualité portant sur des sujets canadiens, et réalisées par des artistes canadiens, sont distribuées sur les bases militaires au pays et à l’étranger afin de remonter le moral des troupes. Le projet se poursuit jusqu’en 1955, et près d’une centaine d’estampes différentes sont disséminées dans les écoles du Canada et vendues individuellement. Cette série est reconnue pour avoir sensibilisé la population à l’art canadien.

  • Sanchez, Joseph (Pueblo/Américain, né en 1948)

    Membre fondateur de la Professional Native Indian Artists Inc. et seul artiste non canadien du groupe, Sanchez fait de la nature et de la spiritualité les principaux thèmes de ses tableaux. Après avoir vécu plusieurs années au Canada, il retourne aux États-Unis au milieu des années 1970 et participe à la formation de divers groupes d’artistes.

  • Sandham, Henry (Canadien, 1842-1910)

    Peintre-paysagiste, photographe et dessinateur qui fait son apprentissage auprès de William Notman à Montréal, pour ensuite vivre à Boston et Londres, où il mène une carrière d’illustrateur florissante. Montreal Snow Shoe Club (Le club de raquetteurs), une de ses photographies composites réalisées avec Notman, remporte une médaille d’argent à l’Exposition universelle de Paris en 1878.

  • Savage, Anne (Canadienne, 1896-1971)

    Peintre et professeure, Anne Savage est connue au début de sa carrière pour ses représentations rythmées de paysages canadiens, puis évolue vers l’abstraction. Elle fonde des organismes de formation artistique et est l’une des premiers membres du Groupe de Beaver Hall et du Groupe des peintres canadiens (Canadian Group of Painters).

  • Scène américaine

    Mouvement composé de courants plus modestes, dont le régionalisme et le précisionnisme, qui se manifeste aux États-Unis à la fin des années 1920 jusqu’aux années 1940. Les peintres de la scène américaine, dont Edward Hopper et Grant Wood, rejettent l’esthétique moderniste européenne en faveur de sujets spécifiquement états-uniens, qu’ils représentent avec un style réaliste ayant d’abord émergé chez les artistes de l’école Ashcan.

  • Schaefer, Carl (Canadien, 1903-1995)

    Carl Schaefer étudie la peinture auprès d’Arthur Lismer et de J. E. H. MacDonald à l’Ontario College of Art (aujourd’hui l’Université de l’ÉADO), où il enseigne ensuite pendant plus de vingt ans. Ses sujets de prédilection sont les paysages ruraux de sa province natale, l’Ontario. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il est peintre de guerre, attaché à ce titre à l’Aviation royale du Canada (aujourd’hui l’Aviation royale canadienne).

  • Schwitters, Kurt (Allemand, 1887-1948)

    Artiste d’avant-garde qui crée des collages, des tableaux et de la poésie, qualifiant ces disciplines du terme inventé de « Merz ». Il est influencé par les mouvements De Stijl et Dada, et participe à certaines des expositions d’art abstrait les plus remarquables de la première moitié du vingtième siècle. Kurt Schwitters fuit la persécution du régime nazi et s’établit en Angleterre.

  • sculpture en stéatite

    Sculpture inuite traditionnelle, elle est l’une des premières formes d’art inuit disponible dans le Sud. La stéatite est une pierre tendre principalement composée de talc, bien que certains objets que l’on croit fabriqués en stéatite puissent aussi être faits de serpentine ou de pyrophyllite.

  • sculptures de la côte nord-ouest

    Sculptures en bois, en pierre et en os des Haïdas, des Tlingits, des Kwakiutls et autres peuples des Premières Nations de la côte nord-ouest de l’Amérique du Nord. Les lignes courbes très formelles, les motifs graphiques à l’intérieur et les compositions abstraites sont des motifs caractéristiques de ces sculptures qui représentent des formes animales et humaines.

  • sérigraphie

    Technique de gravure développée en 1940 par un groupe d’artistes américains travaillant avec des écrans de soie, qui voulaient démarquer leur travail des images publicitaires réalisées suivant la même méthode.

  • Seurat, Georges (Français, 1859-1891)

    Peintre influent, Seurat est un pionnier du mouvement néo-impressionniste qui s’éloigne de la spontanéité relative de l’impressionnisme au profit de compositions plus formelles et de contenus symboliques. Avec Paul Signac, il crée le pointillisme, une technique qu’adoptent d’autres peintres, notamment Camille Pissarro, Piet Mondrian et Wassily Kandinsky.

  • Sevier, Gerry (Canadien, né en 1934)

    Gerry Sevier est à la fois dessinateur publicitaire, illustrateur et professeur. Son œuvre se distingue par une utilisation particulièrement efficace de l’ombre et de la lumière. Membre de l’Académie royale des arts du Canada, il figure dans plus de 150 collections d’entreprises.

  • sfumato

    L’un des quatre principaux effets employés par les peintres de la Renaissance (les trois autres étant cangiantechiaroscuro et unione). Le terme provient de l’italien sfumare, qui signifie « disparaître ou se dissiper comme de la fumée ». Dans le domaine de la peinture, le terme est employé pour décrire les images sans contours nets, qui glissent imperceptiblement de l’ombre à la lumière, d’une forme à une autre. Le visage de la Joconde, dans le tableau de Léonard de Vinci, constitue un exemple de sfumato.

  • Shadbolt, Jack (Canadien, 1909-1998)

    Principalement connu comme peintre et dessinateur, Shadbolt effectue des études en art à Londres, à Paris et à New York avant de retourner en Colombie-Britannique. De 1945 à 1966, il enseigne à la Vancouver School of Art, où il occupe la direction du département de peinture et de dessin. Emily Carr et l’art autochtone du Nord-Ouest du pays comptent parmi ses principales influences.

  • Shahn, Ben (Lituanien/Américain, 1898-1969)

    Peintre, lithographe et photographe dont les œuvres et la carrière témoignent d’un engagement indéfectible à l’égard de la justice sociale. Les peintures qu’il réalise avant 1945, y compris les portraits faisant référence à l’affaire Dreyfus, sont très précises et détaillées, tandis que ses œuvres ultérieures sont plus inventives et abordent des thèmes plus généraux.

  • Shchukin, Sergei (Russe, 1854-1936)

    Mécène et collectionneur d’envergure, dont la collection compte de nombreuses œuvres d’artistes impressionnistes et postimpressionnistes, nommément Henri Matisse et Pablo Picasso. Saisie par le gouvernement russe après la révolution de 1917, la collection est maintenant divisée principalement entre le Musée Pouchkine et l’Hermitage, à Moscou et Saint-Pétersbourg, respectivement.

  • Shukhaev, Vasili (Russe, 1887-1973)

    Peintre, dessinateur, scénographe et illustrateur, Shukhaev développe un style néoclassique sous l’influence de l’art de la Renaissance italienne, qu’il découvre lors d’un voyage en Italie en 1912. Il quitte la Russie en 1920 pour immigrer en Finlande, puis en France. Après son retour en Union Soviétique au milieu des années 1930, il est arrêté, incarcéré et exilé. De 1947 jusqu’à sa mort, il passe l’essentiel de ses années en Géorgie.

  • Siqueiros, David Alfaro (Mexicain, 1896-1974)

    Peintre d’œuvres appartenant au réalisme social et membre des muralistes mexicains, qui incluent Diego Rivera et José Clemente Orozco. Il complète pour le gouvernement mexicain de nombreuses murales célébrant le peuple et l’histoire du Mexique. Membre du Parti communiste mexicain, Siqueiros est impliqué dans une tentative échouée d’assassiner Léon Trotsky en 1940.

  • Sloan, John (Américain, 1871-1951)

    Éminent peintre, graveur et dessinateur américain du début du vingtième siècle, que l’on associe à son homologue Robert Henri et la Ashcan School. John Sloan est reconnu pour ses franches représentations des quartiers défavorisés et de leurs habitants. Après le Armory Show de 1913, il s’intéresse davantage aux questions formelles, et met au point une technique personnelle à base de hachures.

  • Smith, Jack (Américain, 1932-1989)

    Figure importante dans le milieu du cinéma underground new-yorkais des années 1950 et 1960, quoique guère reconnu de son vivant. Smith puise son inspiration dans les films de série B et s’intéresse aux interprétations de nature exagérée. De style campy et sexuellement provocants, ses films sont également d’émouvants commentaires sur la sincérité et la théâtralité.

  • Smith, Jori (Canadienne, 1907-2005)

    Peintre et dessinatrice figurative qui étudie à l’École des beaux-arts de Montréal, Smith est une des figures clés de la scène artistique montréalaise des années 1930, alors en pleine effervescence. Grande admiratrice de Pierre Bonnard, elle se spécialise dans le portrait et les intérieurs. Jori Smith est faite membre de l’Ordre du Canada en 2002. Elle épouse l’artiste Jean Palardy au début des années 1930.

  • Smith, Richard (Britannique, né en 1931)

    Peintre et professeur dont l’œuvre sonde généralement le potentiel et les fonctions communicatives des formes géométriques de base. Richard Smith combine le pop art et le minimalisme, qu’il a découverts et expérimentés à son arrivée à New York, depuis Londres, en 1959.

  • Snow, Michael (Canadien, né en 1928)

    Artiste dont les peintures, les films, les photographies, les sculptures, les installations et les performances musicales le maintiennent à l’avant-scène depuis plus de soixante ans. La série Walking Woman (La femme qui marche), réalisée dans les années 1960, occupe une place de choix dans l’histoire de l’art canadien. Ses contributions dans les domaines des arts visuels, du cinéma expérimental et de la musique lui ont valu une reconnaissance internationale. (Voir Michael Snow. Sa vie et son œuvre, par Martha Langford.)

  • Société Anonyme

    Organisme fondé à New York en 1920 par Katherine Dreier, Marcel Duchamp et Man Ray pour promouvoir l’appréciation et la pratique de l’art moderne aux États-Unis par des expositions, des conférences, des programmes publics, des publications et l’acquisition d’œuvres d’art. Sa collection est actuellement conservée à l’Université Yale. Lawren Harris joue un rôle important dans l’organisation de l’exposition de la Société, International Exhibition of Modern Art (Exposition internationale d’art moderne), présentée en 1927 à l’Art Gallery of Toronto (aujourd’hui le Musée des beaux-arts de l’Ontario), qui provoque une vive polémique.

  • Société canadienne de peintres en aquarelle

    Organisme créé en 1925 dans le but de promouvoir l’aquarelle. Il compte parmi ses membres fondateurs des personnalités influentes de l’histoire de l’art canadien, dont Franklin Carmichael et C.W. Jefferys. Ce groupe prestigieux qui, à ses débuts, entretient des liens avec les grandes institutions artistiques canadiennes, dirige aujourd’hui sa propre galerie au centre-ville de Toronto en collaboration avec cinq autres associations.

  • Société d’art contemporain

    Fondée en 1939 par John Lyman, cette société établie à Montréal fait la promotion d’une approche non académique de l’art moderniste et fait le pont entre la culture artistique du Québec et le monde contemporain. Parmi ses premiers membres, mentionnons Stanley Cosgrove, Paul-Émile Borduas et Jack Humphrey.

  • Society of Canadian Artists

    Fondée à Montréal en 1867, cette société cesse ses activités en 1873. Parmi les artistes qui se joignent à la Society of Canadian Artists ou qui la soutiennent, mentionnons Cornelius Krieghoff, John A. Fraser, partenaire au sein de l’entreprise du photographe William Notman, de même que le portraitiste John Bell-Smith et le peintre paysagiste originaire des Cantons-de-l’Est, Allan Edson. La dernière exposition de la Society of Canadian Artists a lieu en 1872.

  • Sonderborg, K.R.H. (Allemand, 1923-2008)

    Figure importante du mouvement de l’art informel en Allemagne qui se consacre de plus en plus à l’art abstrait dans les années 1950. Les peintures et dessins de Sonderborg comportent souvent des formes calligraphiques et ont été associés, sur le plan intellectuel, au travail de Paul Klee et de Wassily Kandinsky.

  • Sontag, Susan (Américaine, 1933-2004)

    Intellectuelle et activiste new-yorkaise, parvenue à la notoriété dans les années 1960 avec son essai intitulé « Le style Camp », Susan Sontag est une artiste de théâtre, également productrice et auteure de scénarios, de nouvelles, de romans et d’essais critiques qui ébranlent les notions traditionnelles d’interprétation artistique et de consommation de l’art. Ses récits et ses essais sont largement diffusés par The New Yorker, The New York Times, Granta, The Times Literary Supplement, et Art in America entre autres.

  • Soper, J. Dewey (Canadien, 1893-1982)

    Naturaliste et explorateur qui est envoyé plusieurs fois en mission de recherche à l’île de Baffin par la Commission géologique du Canada dans les années 1920. En 1926, il se rend du quartier général de Pangnirtung jusqu’à Cape Dorset, d’où il rapporte plusieurs sculptures d’ivoire figuratives anonymes, qui font maintenant partie de la collection du Musée canadien de l’histoire, à Gatineau, au Québec.

  • Soto, Jesus Rafael (Vénézuélien, 1923-2005)

    Peintre et sculpteur né à Caracas, Soto dirige le Collège des beaux-arts de Maracaibo avant de s’établir à Paris en 1950. Ses œuvres monumentales d’une grande originalité créent des sensations optiques par le biais du mouvement de leurs composantes ou celui du spectateur. Il reçoit des commandes de nombreuses villes du Venezuela, d’Europe et d’Amérique du Nord, y compris Toronto, où son Volume virtuel suspendu (1978) est installé à la Royal Bank Plaza.

  • Spencer, Stanley (Britannique, 1891-1959)

    Auteur de portraits expressifs et de scènes à figures multiples, il réalise des compositions complexes qui évoquent souvent sa foi chrétienne dans un style rappelant à la fois le néoraphaélisme et le cubisme. Stanley Spencer passe la plus grande partie de sa vie dans le village de Cookham en Angleterre. Sa réputation atteint un sommet après la présentation d’une rétrospective posthume organisée par la Royal Academy en 1980.

  • Spoerri, Daniel (Suisse, né en 1930)

    Artiste et entrepreneur né en Roumanie, Spoerri est l’un des fondateurs du Nouveau réalisme en 1960. Sa pratique de la performance est influencée par son expérience professionnelle comme danseur de ballet, mime, metteur en scène et décorateur, et ses sculptures d’objets trouvés s’inspirent des techniques des artistes dada, qui le précèdent.

  • Stanley, John Mix (Américain, 1814-1872)

    Peintre et photographe itinérant, connu pour ses peintures de paysages. Stanley commence à peindre des autochtones d’Amérique alors qu’il travaille au Wisconsin et en Illinois; plus tard, il prend part à de nombreuses expéditions dans l’Ouest américain, réalisant des croquis et des daguerréotypes des peuples autochtones et des paysages pour le compte de l’armée américaine.

  • Stein, Gertrude (Américaine, 1874-1946)

    Personnalité importante du modernisme littéraire dont elle se fait le chantre à travers des œuvres de fiction, de poésie et de théâtre, Gertrude Stein est également connue pour son appui aux premiers modernistes, dont Juan Gris et Pablo Picasso. Née en Pennsylvanie, elle passe sa vie d’adulte à Paris avec sa partenaire Alice B.Toklas.

  • Steiner, Rudolf (Autrichien, 1861-1925)

    Architecte et fondateur de l’anthroposophie – une approche universaliste de la spiritualité basée sur la philosophie idéaliste allemande et sur les idées de Goethe à propos de la perception et de l’esprit. En tant que philosophe et réformateur social, Steiner exerce une influence sur de nombreux artistes et auteurs, dont Saul Bellow, Joseph Beuys et Wassily Kandinsky. Ses créations pour la Société anthroposophique sont considérées comme d’importants exemples d’architecture moderne.

  • Stella, Frank (Américain, né en 1936)

    Peintre et sculpteur expressionniste abstrait et grande figure de l’art américain, Stella travaille beaucoup en série, développant ses thèmes formels sur une longue période. D’abord peintre et graveur, il accepte des commandes comme décorateur dans les années 1990. On peut voir au théâtre Princess of Wales de Toronto des décors et de vastes murales qu’il a créés pour cet établissement dans cet esprit.

  • stéréogramme; photographies stéréoscopiques

    Forme de photographie extrêmement populaire, du milieu des années 1850 jusqu’au vingtième siècle. Un stéréogramme consiste en deux photographies presque identiques, habituellement montées côte à côte sur du papier fort, qui, lorsque regardées au moyen d’un stéréoscope, fusionnent pour créer un effet tridimensionnel.

  • Still, Clyfford (Américain, 1904-1980)

    Peintre associé à l’expressionnisme abstrait. Still passe une partie de son enfance dans une ferme de l’Alberta, et les paysages des Prairies occupent une place prépondérante dans ses premières œuvres. L’influence de la nature continue de se faire sentir jusqu’au milieu des années 1940, alors qu’il s’installe à New York et se tourne vers une approche de plus en plus abstraite.

  • structuralisme

    École de pensée qui prend naissance en Europe dans les années 1900, selon laquelle tous les aspects de la culture et de l’expérience humaines ne peuvent être appréhendés que par leurs corrélations. Les œuvres d’art n’expriment donc pas de vérités essentielles, ce sont les processus mentaux des spectateurs qui les rendent signifiantes.

  • style rayons X

    Élaboré par Norval Morrisseau en tant que style pictural et procédé chamanique, le style rayons X en peinture révèle l’âme des humains et des animaux grâce à l’utilisation de lignes d’« esprit » noires qui émanent de la colonne des figures, les entourent et les relient. Les organes internes sont souvent représentés dans des segments bien visibles aux couleurs vives.

  • sublime

    Idée complexe et importante dans l’histoire de l’esthétique, née en Europe à la fin du dix-septième siècle de la traduction du texte en grec ancien attribué à Longin, Traité du sublime, et développée par le philosophe du dix-huitième siècle Edmund Burke, entre autres. Dans le domaine de la peinture, le sublime est souvent exprimé par des scènes de grandeur exaltée ou mystérieuse — fortes tempêtes en mer, ciels déchaînés, montagnes escarpées —, autant de phénomènes naturels qui, pour le regardeur, constituent à la fois une menace et une source d’admiration mêlée d’effroi.

  • Sullivan, Françoise (Canadienne, née en 1925)

    Née à Montréal, Sullivan — artiste visuelle, danseuse et chorégraphe — étudie à l’École des beaux-arts de Montréal au début des années 1940, où elle rencontre Paul-Émile Borduas, dont la vision de l’automatisme exercera une grande influence sur ses prestations et chorégraphies de danse moderne, et plus tard sur sa pratique sculpturale. (Voir Françoise Sullivan. Sa vie et son œuvre, par Annie Gérin.)

  • suprématisme

    Mouvement conçu vers 1915 par l’artiste et auteur russe, Kazimir Malevitch, qui le déclare terminé avant 1920. Caractérisé par une austérité radicale de la forme et l’abstraction géométrique, le suprématisme exerce une profonde influence sur le design et l’art européen et américain du vingtième siècle.

  • surréalisme

    Mouvement littéraire et artistique lancé à Paris au début du vingtième siècle, le surréalisme veut donner expression aux activités de l’inconscient, libéré du contrôle des conventions et de la raison. Images fantastiques et juxtapositions incongrues le caractérisent. Répandu dans le monde entier, le mouvement a influencé le cinéma, le théâtre et la musique.

  • Sutherland, Graham (Britannique, 1903-1980)

    Peintre, graveur et designer qui s’intéresse principalement aux paysages et aux motifs naturels, représentés dans un style non traditionnel et presque surréaliste. Ses images de la crucifixion et de la tête couronnée d’épines deviennent fort reconnues au lendemain de la Seconde Guerre mondiale comme des expressions de la condition humaine.

  • Suzor-Coté, Marc-Aurèle de Foy (Canadien, 1869-1937)

    Artiste d’une remarquable polyvalence, Suzor-Coté est peintre, dessinateur, sculpteur, illustrateur et décorateur d’églises. En 1890, il quitte le Québec rural pour aller étudier les beaux-arts à Paris, où il restera pendant dix-huit ans, peignant des paysages ruraux dans un style impressionniste.

  • symbolisme

    Mouvement littéraire qui s’étend aux arts visuels à la fin du dix-neuvième siècle. Il englobe des œuvres qui rejettent la représentation de l’espace « réel » et s’investit d’une mission spiritualiste et révélatrice : les symbolistes cherchent à découvrir le monde idéal qui se cache derrière le monde connu. Paul Gauguin et les Nabis sont des artistes symbolistes importants.

  • symétrie dynamique

    Théorie du dessin élaborée par Jay Hambidge, qui exerce une profonde influence sur les peintres abstraits et figuratifs dans les années 1920 et 1930. La symétrie dynamique est un système de proportion selon lequel la mathématique et ses formules servent de fondement à la proportion et à la symétrie de l’architecture classique et de diverses structures naturelles.

  • synchromisme

    Mouvement de l’art abstrait axé sur l’emploi de la couleur, lancé en 1912 à Paris par les artistes américains expatriés Stanton Macdonald-Wright et Morgan Russell. Comme l’orphisme, sa contrepartie européenne, défendue par Robert et Sonia Delaunay, le synchromisme est de courte durée, mais très influent (notamment sur Thomas Benton), et disparaît avec la Première Guerre mondiale.

  • synesthésie

    Phénomène neurologique dans le cadre duquel une information relevant d’une modalité sensorielle (la vue, par exemple) est également reçue par un ou plusieurs autres sens. La synesthésie peut aussi avoir lieu lorsqu’un concept abstrait, comme une lettre ou un chiffre, déclenche une perception sensorielle au niveau du goût ou de l’ouïe.

  • Szyk, Arthur (Polonais/Américain, 1894-1951)

    Illustrateur et bédéiste, Szyk oriente sa pratique vers la défense des droits et libertés de la personne. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il publie dans des journaux américains des caricatures qui évoquent avec beaucoup d’efficacité le sort des Juifs d’Europe. On trouve ses œuvres entre autres dans le New York Post, Time et Collier’s.

  • Sartre, Jean-Paul (Français, 1905-1980)

    Figure dominante du développement et de la propagation de l’existentialisme, une philosophie de l'existence qui tente de définir ce que cela signifie d’être humain. Son livre L’être et le néant (1943) est considéré comme son chef-d’oeuvre. Parmi les penseurs existentialistes de son cercle figure Simone de Beauvoir, avec qui il a partagé sa vie.

  • Signac, Paul (français, 1863-1935)

    Peintre postimpressionniste qui, avec Georges Seurat, a développé le pointillisme — une technique picturale minutieuse qui s’inspire de la théorie des couleurs — et a créé des images figuratives détaillées en appliquant de petits points de couleur. Signac et Seurat font partie du groupe qui fonde la Société des artistes indépendants en 1884, laquelle tient une exposition annuelle d’art novateur depuis sa création.

  • Spalding, Jeffrey (Canadien, né en 1951)

    Artiste, conservateur, éducateur et directeur de musée. Spalding est une figure importante de l’art canadien contemporain. Sa pratique artistique multimédia et l’ensemble de ses activités sur la scène artistique nationale ont influencé la direction et la réception de l’art conceptuel, de l’art vidéo et de la peinture. Il a reçu l’Ordre du Canada en 2007.

  • Salon parisien

    Organisé pour la première fois en 1667, le Salon parisien est une exposition annuelle ou bisannuelle tenue par l’Académie royale de peinture et de sculpture (plus tard, l’Académie des beaux-arts). Il est devenu le principal lieu de reconnaissance pour les artistes, particulièrement entre 1748 et 1890, et est reconnu pour son accrochage surchargé de peintures, couvrant les murs du plancher au plafond. La participation au Salon, et les liens qui pouvaient s’y tisser avec les mécènes, est déterminante pour la carrière des artistes.

  • Sharp, Dorothea (Britannique, 1874-1955)

    Peintre impressionniste britannique connue pour ses représentations d’enfants au jeu dans différents paysages. Sharp étudie à Paris, où elle subit l’influence de Claude Monet. De 1908 à 1912, elle est vice-présidente de la Society of Women Artists. Elle expose avec plusieurs associations artistiques et a beaucoup voyagé en Europe avec l’artiste canadienne Helen McNicoll.

  • Slade School of Fine Art

    Établie à l’University College London en Angleterre en 1871, par un legs du philanthrope Felix Slade, l’école est voulue comme un endroit où les beaux-arts seraient étudiés dans un environnement élargi d’arts libéraux. La Slade s’enorgueillit d’avoir reçu beaucoup de professeurs et d’étudiants renommés, comme par exemple Henry Tonks, Lucian Freud, Augustus John et Dora Carrington. L’école est toujours ouverte aujourd’hui.

  • Smith, Jessie Willcox (Américaine, 1863-1935)

    Principale artiste illustratrice de livres américains pour enfants, de magazines populaires et de publicités. Smith étudie avec l’éminent Thomas Eakins à la Pennsylvania Academy of Fine Arts. Elle a illustré, par ses dessins, une édition de Évangéline de Henry Wadsworth Longfellow en 1897.

  • Smith, Marcella (Britannique, 1887-1963)

    Peintre et aquarelliste connue pour ses paysages ruraux, ses paysages urbains et ses études de fleurs. Smith est formée à la Philadelphia School of Design et à l’Académie Colarossi à Paris. En 1921, elle s’installe à Londres pour vivre avec sa collègue artiste Dorothea Sharp. De 1949 à 1963, Smith a été vice-présidente de la Society of Women Artists.

  • Society of Women Artists (SWA)

    Société britannique établie en 1857 pour promouvoir et lutter pour obtenir l’exposition des œuvres des artistes femmes, dont les capacités sont mises en doute par des critiques influents comme John Ruskin. La société est aussi formée en réaction à la Royal Academy of Arts, qui est l’institution dominante de la scène de l’art d’alors, et qui n’admet pas d’artistes femmes étudiantes avant 1860 (et ensuite seulement en nombre limité).

  • Steer, Philip Wilson (Britannique, 1860-1942)

    Parmi les plus importants peintres impressionnistes britanniques et professeur d’art. Steer est formé à l’Académie Julian et à l’École des beaux-arts auprès d’Alexandre Cabanel, où il est aussi influencé par Édouard Manet et James McNeill Whistler. Steer est un des membres fondateurs du New English Art Club et enseigne à la Slade School of Fine Art de 1893 à 1930.

  • Stevens, Dorothy (Canadienne, 1888-1966)

    Portraitiste, graveure et aquafortiste canadienne renommée. Stevens étudie à la Slade School of Fine Art dès l’âge de quinze ans, sous Philip Wilson Steer et Henry Tonks. En 1919, elle reçoit commande du Fonds de souvenirs de guerre canadiens pour réaliser des impressions représentant les travailleurs d’usine durant la Première Guerre mondiale. On retrouve ses œuvres dans les collections du Musée des beaux-arts de l’Ontario et du Musée des beaux-arts du Canada. 

  • Sheeler, Charles (Américain, 1883-1965)

    Peintre de l’industrie et photographe commercial, dont témoigne une série de photographies prises à l’usine Ford Motor à River Rouge, Michigan. Il aide à fonder le modernisme américain et développe le style précisionniste, mettant l’accent sur les formes abstraites de l’usine et autres sujets technologiques. Sheeler et le photographe Paul Strand collaborent à la réalisation de Manhatta (1921), une «symphonie urbaine», genre du cinéma documentaire influencé par les cinéastes européens d'avant-garde.

  • Société des artistes du Manitoba

    Établie en 1902 et revitalisée en 1925 comme le pendant de la Société des artistes de l’Ontario dans les Prairies. Hay Strafford Stead en est le premier président avec Frank Armington et E. J. Ransom dans d’autres rôles clés. La société fait ardemment campagne pour la création d’un musée et une école des beaux-arts à Winnipeg et organise l’exposition d’oeuvres provenant de l’extérieur de la province. Aujourd’hui, la société existe toujours comme un moyen de promouvoir des artistes visuels émergents et professionnels au Manitoba.

Download Download