Flight Stop 1979

Flight Stop 1979

Michael Snow, Flight Stop, 1979

60 formes de bernaches en fibre de verre suspendues recouvertes de photographies noir et blanc teintées, 32 x 20 x 16 m

Toronto Eaton Centre

Au fil d’une longue carrière distinguée, Michael Snow a sollicité et reçu de nombreuses commandes de sculptures publiques. Sauf un groupe de sculptures de la Femme qui marche, commandées pour le Pavillon de l’Ontario à l’Expo 67 de Montréal, il est possible de voir la plupart de ces œuvres dans leurs lieux de création dans sa ville natale de Toronto.

 

Dévoilée en 1979, Flight Stop (Escale) est une installation sculpturale permanente au Centre Eaton de Toronto, centre commercial et immeuble à bureaux du centre-ville. C’est le promoteur du centre, Cadillac Fairview, qui commande l’œuvre, de concert avec l’architecte Eberhard Zeidler. Pour résoudre le problème de conception, il faut créer une sculpture suspendue pour une galerie à puits de lumière, visible de vastes balcons sur plusieurs étages, et du corridor du rez-de-chaussée entre les rues Dundas et Queen. L’axe nord-sud de ce palais de la consommation capte alors l’attention de Snow et il conçoit un vol de bernaches qui rompent leur formation afin d’atterrir à l’entrée sud pour se nourrir.

 

Flight Stop ressemble à une représentation sculpturale de 60 bernaches, mais l’œuvre est en fait une combinaison de formes en fibre de verre et de photographies d’une seule bernache, l’une des deux abattues dans une volée qui vit sur l’île de Toronto. Snow a photographié cet oiseau mort, ajustant les positions du cou, de l’aile et de la queue et des parties cylindriques de son corps. Basées sur d’autres photos et dessins de bernaches en vol, trois corps de taille différente sont alors sculptés dans du styromousse et, grâce à des techniques de pochoir, des costumes photographiques bidimensionnels sont imprimés et assemblés. Entretemps, les corps de styromousse sont moulés en fibre de verre, prêts à enfiler leurs costumes photographiques. Ces objets tridimensionnels sont alors vernis d’un brun léger, qui a jauni quelque peu au fil du temps. Suspendus du toit par des fils individuels, les objets forment un groupe dynamique : les poses offrent de la variété; le jeu d’échelle maximise la profondeur; le détail photographique rehausse l’impression de réalisme. Les objets sont un peu plus naturalistes — comme de vraies bernaches — qu’une représentation sculpturale classique le serait, mais cette qualité accentue le commentaire artistique de Snow sur la nature de l’illusion photographique, sur notre désir de croire.

 

Comme sculpture publique dans un centre commercial affairé, Flight Stop est vue quotidiennement par des milliers de personnes. Beaucoup d’autres, qui ne l’ont jamais vue, la connaissent en raison de la poursuite au civil de 1982, quand les décorateurs de la fête de Noël du Centre Eaton nouent des rubans autour de ce qu’ils croient être tout simplement des cous de bernaches. Snow intente un procès au Centre Eaton pour faire enlever les rubans et gagne sa cause en invoquant la violation de ses droits moraux. Le tribunal a jugé que les décorations ont altéré ou modifié l’œuvre. Précédent juridique, cette cause a été réglée près de six ans avant la reconnaissance officielle des droits moraux dans un amendement de 1988 à la Loi sur le droit d’auteur du Canada.

Download Download