Homepage Télécharger livre numérique Glossaire English

Soir de fin d’été 1962

Soir de fin d’été 1962

Gershon Iskowitz, Late Summer Evening (Soir de fin d’été), 1962

Huile sur toile, 114 x 127 cm

Musée des beaux-arts de l’Ontario, Toronto

Art Canada Institute, Gershon Iskowitz, Untitled - Summer Impression, 1963

Gershon Iskowitz, Summer Impression (Impression d'été), 1963, plume et encre noire sur papier vélin, 27,5 x 35 cm, Musée des beaux-arts du Canada, Ottawa.

Soir de fin d’été est le prélude d’un développement significatif qui caractérise l’œuvre mature de Gershon Iskowitz, après 1965 — l’importance de la lumière. L’image est sombre par comparaison à la plupart de ses œuvres de feuillages de la même époque, notamment Spring Reflections (Reflets printaniers), 1963, mais pourtant, la lumière pointe à travers le feuillage émergeant du tronc de l’arbre suggéré dans le coin inférieur droit de l’œuvre.

 

Les feuilles se dissolvent en taches peintes de couleurs vives, bleu, jaune, vert, qui s’apparentent peut-être, sous une forme exagérée, au pointillisme des œuvres de Georges Seurat (1859-1891) des années 1880. Iskowitz offre un tableau dont le sujet est unifié par une superposition disciplinée de formes colorées qui s’amalgament dans l’œil. Le « soir » du titre peut être mieux compris, peut-être, par le terme allemand Dämmerung, qui pourrait se traduire par l’expression « entre chien et loup » — l’effet de la lumière lorsque ce n’est ni tout à fait le jour ni tout à fait la nuit.

 

En 1960, Iskowitz a établi une routine régulière de pratique de la peinture la nuit, sous lumière artificielle. Ses œuvres sont des conceptions inédites d’atelier et, contrairement à celles des années 1950 qui étaient peintes sur de petits panneaux de toile préparés commercialement, elles ont pris de l’ampleur. « Je ne peins pas ce que je vois, mais ce que j’ai vu », explique-t-il en 1977

 

 

Download Download