En Télécharger le livre Tous les livres d’art Accueil

La petite plante 1947

Lionel LeMoine FitzGerald, La petite plante, 1947

Lionel LeMoine FitzGerald, The Little Plant (La petite plante), 1947
Huile sur toile, 60,5 x 45,7 cm
Collection McMichael d’art canadien, Kleinburg, Ontario

Art Canada Institute, Lionel LeMoine FitzGerald, photograph of geraniums on a window sill, 1943
Géraniums sur un appui de fenêtre, 1943, photographie prise par Lionel LeMoine FitzGerald, Archives de l’Université du Manitoba et collections spéciales, Winnipeg.

L’idée de FitzGerald, de prendre comme sujet un bégonia posé sur un appui de fenêtre avec vue sur la cour boisée derrière sa maison, dérive peut-être d’une photo de 1943. La petite plante combine en une seule image des éléments de la nature morte et du paysage — une stratégie que l’artiste poursuit plus particulièrement à partir de cette époque (Four Apples on Tablecloth [Quatre pommes sur une nappe], 17 décembre 1947) jusqu’au début des années 1950 (From a Upstairs Window, Winter [D’une fenêtre en haut, l’hiver], 1950). Avec son équilibre harmonieux de réalisme et d’abstraction, ainsi que ses beaux éléments de couleurs et de design, La petite plante peut être considérée comme l’une des plus grandes réalisations de FitzGerald en peinture. Ici, la croissance exubérante de la plante fleurie contraste avec la vive énergie de l’écran épais que forment les arbres à l’extérieur.

 

FitzGerald applique de la peinture avec un couteau à palette de sorte que toute la surface apparaît comme une mosaïque striée. Cela rappelle la façon dont Augustus Vincent Tack (1870-1949), plusieurs années auparavant, a peint ses murales dans le Palais législatif du Manitoba. Selon Helen Coy, ancienne conservatrice de la FitzGerald Study Collection à l’Université du Manitoba, la technique lui a peut-être également été inspirée par le tableau de Georges Seurat, Un dimanche après-midi à la Grande Jatte, 1884-1886, que FitzGerald a vu au Art Institute of Chicago lors de son voyage aux États-Unis en 1930

 

FitzGerald commence La petite plante en 1946 pour son ami de longue date, Arnold Brigden (1886-1972), et l’achève au printemps 1947. Puisqu’il peint d’après nature, FitzGerald a dû mettre La petite plante de côté au printemps 1946 en raison du changement de saison, les arbres se garnissant de feuilles alors qu’il les peignait plutôt dénudés. Il termine donc la toile l’année suivante. Bien que FitzGerald se soit souvent plaint de la frustration qu’il ressent de ne pouvoir créer des œuvres d’art à temps plein, la peinture est une technique qui lui donne plus de mal que le dessin, en partie parce que cela demande beaucoup plus de temps.

 

La plus grande préoccupation de FitzGerald est l’expression d’une unité entre tous les éléments de l’image afin que l’intérieur et l’extérieur soient réunis en une seule entité vivante. En dégageant une géométrie rythmique du fouillis de la nature, FitzGerald crée un monde à la fois plus animé et plus tranquille que ce qu’il a devant les yeux. Cette coexistence onirique du mouvement et de l’immobilité est peut-être ce pourquoi La petite plante est l’œuvre favorite de sa fille, Patricia.

Télécharger Télécharger