Homepage Télécharger livre numérique Glossaire English

Thème de la patinoire — Patineurs 1969

Thème de la patinoire — Patineurs 1969

Molly Lamb Bobak, Rink Theme—Skaters (Thème de la patinoire — Patineurs), 1969 
Huile sur panneau de masonite, 151,5 x 121 cm 
Banque d’œuvres d’art du Conseil des arts du Canada, Ottawa 

De toute évidence, Molly Lamb Bobak a plaisir à varier les effets de ses compositions de groupe en explorant plusieurs techniques et éléments formels, soit la perspective, la structure et l’espace. Dans Thème de la patinoire — Patineurs, elle adopte une perspective plongeante inusitée et repousse ses figures vers les limites de la composition, laissant un espace négatif important au centre. Elle peint l’image sans aucune ligne d'horizon, ce qui invite le spectateur à suivre le mouvement circulaire des patineurs. Bien que le tableau tende vers l’abstraction, son principal centre d’intérêt est le mouvement et la disposition des figures dans l’espace.

 

J. M. W. Turner, Tempête de neige en mer, 1842
J. M. W. Turner, Snow Storm—Steam Boat off a Harbour’s Mouth (Tempête de neige en mer), 1842, huile sur toile, 91,5 x 122 cm, Tate Gallery, Londres.

Dans ses tableaux de patineurs produits vers la fin des années 1960, Lamb Bobak s’inspire du peintre expressionniste abstrait américain Sam Francis (1923-1994). Une série de ses dessins et toiles, composés à partir de ses observations lors de matchs de hockey à Fredericton, placent le public sur les côtés, et un ou deux patineurs dans l’espace blanc au centre de la patinoire. Le conservateur Ian Lumsden fera un parallèle entre cette série, avec son « tourbillon d’activité », et un tableau de J. M. W. Turner (1775–1851), Snow Storm: Steam-Boat Off a Harbour’s Mouth (Tempête de neige en mer), 1842, dans lequel le sujet devient le mouvement même.


En « spectatrice passionnée » qu’elle est, Lamb Bobak sait trouver sens et beauté dans le monde quotidien qui l’entoure. Elle signe maintes compositions de patineurs — thème on ne peut plus canadien — en employant différents matériaux, mais sans jamais tomber dans le mauvais goût. Elle rapprochera son traitement des scènes de foule de ses tableaux de fleurs. Les aquarelles Little Poppies (Petits coquelicots), 1971, et Anemones (Anémones), 1975, par exemple, jouent aussi avec l’espace négatif pour renforcer l’impression de vitalité de la composition. Lamb Bobak attribue cet aspect de son travail à l’influence de l’art asiatique, citant (sans la nommer) une composition qui compte deux petits kakis au bas du plan pictural et partout ailleurs, de l’espace vide.


Dans une œuvre analogue, la lithographie The School Yard (La cour d’école), 1962, Lamb Bobak recourt à divers procédés pour créer une impression de mouvement parmi la foule d’enfants. Elle remplit le plan pictural de figures enfantines représentées en noir, mais, aux premier et deuxième plans, les enfants accompagnés de quelques adultes sont regroupés en grappes séparées par de petites zones d’espace négatif. Le groupe d’enfants à l’arrière-plan semble plus dense, composé presque sans espace laissé vide. Cette technique permet à Lamb Bobak de créer la perspective de sa composition.

Download Download