Homepage Télécharger livre numérique Glossaire English

Nature morte 1935

Nature morte 1935

Paraskeva Clark, Nature morte, 1935

Huile sur toile, 68,6 x 76,2 cm

Collection Thomson, Musée des beaux-arts de l’Ontario, Toronto

Art Canada Institute, Kuzma Petrov-Vodkin, Still Life 1921
Kouzma Petrov-Vodkine, Nature morte, 1921, huile sur toile, 37 x 43 cm, Galerie nationale d’Arménie, Yerevan.

Nature morte est une illustration intéressante de la manière dont Clark intègre de nouvelles influences dans une pratique artistique naissante, amorcée en Russie. La toile montre l’influence considérable de Kouzma Petrov-Vodkine (1878-1939), le professeur qu’elle a le plus apprécié. Celui ci peint justement des natures mortes à l’époque où elle étudie avec lui, en 1920-1921 et, à l’instar de Paul Cézanne (1839-1906), il évite la perspective monofocale courante. Il imagine plutôt une perspective « sphérique », selon laquelle les objets ne sont pas fixés dans l’espace conformément à une configuration géométrique prédéterminée, mais placés de telle sorte que l’image reste cohérente, peu importe la position du spectateur devant le plan pictural.

 

En l’occurrence, Clark incline le dessus de la table, comme si les spectateurs regardaient de haut un arrangement disposé sur un arrière-plan neutre. L’angle prononcé, vers la droite, complète les éléments architecturaux visibles à l’arrière, c’est-à-dire le cadre et les moulures de la porte, le tout contrastant avec les éléments arrondis : même les feuilles pointues de la plante se courbent en arcs gracieux. Toutes les composantes formelles sont disposées de façon à concentrer l’attention des spectateurs sur les fruits brillamment colorés dans le compotier de verre sombre. La relation spatiale entre les objets est intuitive, à la différence des œuvres traditionnelles du genre, plutôt assujetties à une organisation systématique.

 

La toile est choisie par le jury canadien en vue de l’Exhibition of Paintings, Drawings, and Sculpture by Artists of the British Empire Overseas (peintures, dessins et sculptures des artistes de l’Empire britannique d’outre mer ou « exposition du couronnement »), présentée aux Royal Institute Galleries, à Londres, en mai 1937. C’est l’une des quatre natures mortes de la section canadienne, autrement dominée par des paysages. Bertram Brooker (1888-1955), qui peint lui aussi des natures mortes à l’époque, choisit ce tableau de Clark pour illustrer son Yearbook of the Arts in Canada (annuaire des artistes canadiens) de 1936, en regard (planche 41) d’une reproduction de son propre tableau intitulé Growth (Croissance). En 1934, en outre, il a acheté Calla Lily (Arum d’Éthiopie), 1933, ce qui montre son appréciation des tableaux du genre produits par Clark.

Download Download