En Télécharger le livre Tous les livres d’art Accueil

Paysage de montagne du Nouveau-Mexique, Taos 1947

Paysage de montagne du Nouveau-Mexique, Taos

Agnes Martin, New Mexico Mountain Landscape, Taos (Paysage de montagne du Nouveau-Mexique, Taos), 1947
Aquarelle sur papier, 27,9 x 38,7 cm
University of New Mexico Art Museum, Albuquerque

© Agnes Martin / SOCAN (2019)

L’aquarelle Paysage de montagne du Nouveau-Mexique, Taos dépeint peut-être le pic Wheeler — le plus haut sommet de l’État — dans les monts Sangre de Cristo. Il s’agit d’une œuvre scolaire réalisée à l’été 1947, alors que Martin suit un cours de peinture de paysage en plein air à la Taos Summer Field School. Appliquant avec économie l’aquarelle verte, brune et violette, Martin saisit le profil caractéristique de la montagne qui se dresse sur le plateau de Taos.

 

En 1946, Martin s’inscrit au programme de maîtrise en beaux-arts à l’Université du Nouveau-Mexique, après avoir été formée comme professeure d’art. Elle passe les étés de 1947 et 1948 à la Taos Art School (la première fois, comme étudiante, la seconde, comme chargée de cours). Une photographie de ces années montre Martin dans le haut désert, installée devant son chevalet et vêtue d’une veste du surplus de l’armée et d’un blue-jeans, en train de peindre une scène semblable à Paysage de montagne du Nouveau-Mexique, Taos, concentrée sur la composition qu’elle a sous ses yeux.

 

Le Slide Trail aux abords de Taos, Nouveau-Mexique, avec les montagnes au loin, s.d., photographie de Cindy Brown pour le Taos News.
Agnes Martin au Nouveau-Mexique, v.1947, photographe inconnu.

Bien que Paysage de montagne du Nouveau-Mexique, Taos soit l’une de ses plus anciennes peintures connues, Martin était sans doute une amatrice accomplie avant son admission à l’Université du Nouveau-Mexique en 1946, car, depuis son passage au Teachers College à New York en 1941, divers rôles l’ont amenée à peindre. En conséquence, le tableau affiche une maîtrise technique supérieure à ce que l’on pourrait attendre d’une étudiante.

 

Les années 1941 à 1947 ont été nomades pour Martin, avec plusieurs déménagements qui lui ont fait traverser les États-Unis et de fréquents changements d’emplois. Pas étonnant, dès lors, qu’il ne soit presque rien resté de la production de cette période, d’autant plus que l’artiste a tout fait par la suite pour retrouver, racheter et détruire ses premières œuvres. Deux autres aquarelles réalisées à la Taos Art School ont été conservées, ainsi que plusieurs toiles à l’encaustique et portraits à l’huile datant de la même époque. À la fin du semestre d’été 1947, Martin a présenté deux aquarelles à l’occasion de sa première exposition muséale, tenue à la Harwood Foundation; il est possible que Paysage de montagne du Nouveau-Mexique, Taos ait été l’une d’elles. Les peintures aquarelles sèchent presque sur-le-champ dans ces conditions arides, si bien que cette œuvre donne l’impression d’avoir été composée en peu de temps, avec de rapides coups de pinceau pour représenter les masses géologiques et le paysage environnant.

 

C’est certainement à une peinture du même type qu’elle pense lorsqu’elle écrit en 1973 : « Je peignais des montagnes ici au Nouveau-Mexique et je pensais que mes montagnes ressemblaient à des fourmilières. Je voyais les plaines s’étendre au-delà du Nouveau-Mexique et je pensais que la plaine l’avait, seulement le plan […] On peut tout peindre sans représentation. » S’il faut attendre encore deux ans avant que Martin ne fasse ses premières expérimentations en art abstrait, cette remarque montre qu’elle ressentait comme une contrainte la nécessité de représenter des objets ou des lieux dans ses peintures.