L’une des œuvres les plus célèbres de l’histoire de l’art canadien, The North American Iceberg (L’iceberg nord-américain), 1985, de Carl Beam, marque le début d’une ère de changement radical dans les musées nationaux. Cette peinture emblématique devient la première œuvre créée par un artiste issu d’une communauté des Premières Nations à être achetée par la Galerie nationale du Canada (aujourd’hui le Musée des beaux-arts du Canada) en tant qu’œuvre d’art contemporain. La puissante composition de Beam juxtapose des images tirées de l’histoire des Premières Nations à celles d’événements de l’actualité pour illustrer la tension dans les relations entre Occidentaux et Autochtones. Cette œuvre ouvre par ailleurs grandes les portes à des générations d’artistes autochtones.

 

Dans Carl Beam : sa vie et son œuvre, Anong Beam dresse le portrait étoffé de son père, de sa vie, et de son extraordinaire pratique en techniques mixtes. Donnant un accès sans précédent à l’artiste, elle explique comment Carl Beam, né en 1943 sur l’île Manitoulin d’une mère anishinaabe et d’un père américain, a été élevé par ses grands-parents maternels et a fréquenté un pensionnat de l’âge de dix ans à dix-huit ans. Ses études artistiques formelles commencent lorsqu’il s’inscrit à la Kootenay School of Art, en Colombie-Britannique, et se poursuivent, plus tard, à l’Université de l’Alberta. L’ouvrage explore la transformation de la carrière de Beam dans les années 1970, lorsque les peintures narratives hautement stylisées de Norval Morrisseau dominaient les conversations sur ce que devait être l’art des forêts de l’Est (Eastern Woodlands). Prenant un chemin différent de celui du célèbre Morrisseau, Beam est plutôt inspiré par les artistes américains comme Robert Rauschenberg, Jasper Johns et Andy Warhol. En s’inspirant de leurs techniques mixtes innovantes, il crée une nouvelle tribune pour parler de la violence coloniale et de la résilience des peuples autochtones.

 

Lorsque Beam décède en 2005, à l’âge de soixante-deux ans, le Musée des beaux-arts du Canada lui dédie une rétrospective posthume, qui a été inaugurée en 2010, pour ensuite être présentée au Musée d’anthropologie de l’Université de la Colombie-Britannique et au Musée des beaux-arts de Winnipeg. Bien que sa vie ait été tragiquement écourtée, sa réputation est fermement établie et Beam, reconnu comme l’un des plus importants artistes de l’histoire canadienne et un ardent défenseur des droits des Autochtones.

 

Anong Migwans Beam est une artiste et une commissaire de la Première Nation M’Chigeeng de l’île Manitoulin, en Ontario. Elle a été directrice artistique et directrice générale de la Ojibwe Cultural Foundation, tout comme elle a exposé ses propres peintures à grande échelle à travers le Canada et à l’international. Elle est la fondatrice de la radio Gimaa, en langue ojibwée, et a créé sa propre marque de peintures, Beam Paints, qui s’appuie sur la connaissance des pigments autochtones acquise auprès de ses parents, les artistes Carl et Ann Beam.

Télécharger Télécharger