En Télécharger le livre Tous les livres d’art Accueil

On a beaucoup écrit sur l’œuvre d’Emily Carr qui a elle-même laissé des textes fascinants sur ses réflexions, ses voyages et ses opinions sur la vie d’artiste. Grâce à ces documents, auxquels s’ajoutent des pièces de théâtre, des documentaires, des sites Web et de nombreuses expositions d’envergure, nous disposons d’une vaste documentation permettant de constater l’influence marquée de Carr sur l’art au Canada.

 

 

Expositions choisies

Les œuvres de Carr ont été exposées partout au Canada, en Europe et aux États-Unis. La liste suivante ne comprend pas les nombreuses petites expositions auxquelles elle a participé ni celles qu’elle a elle-même organisées à Victoria au début de sa carrière. Son travail a fait l’objet d’un plus grand nombre de rétrospectives que celui de tout autre artiste canadien.
 

Art Canada Institute, Emily Carr, Lawren Harris and Ira Dilworth, 1951
Lawren Harris et Ira Dilworth à la Vancouver Art Gallery à l’époque de l’inauguration des salles commémoratives Emily Carr, 1951.
Art Canada Institute, Emily Carr, Catalogue cover for Exhibition of Canadian West Coast Art: Native and Modern, 1927
Couverture du catalogue de l’exposition Canadian West Coast Art: Native and Modern, 1927, conçue par Emily Carr.

 

1911

Grand Palais, Société du Salon d’Automne, Paris.

1913

Dominion Hall, Vancouver. Exposition individuelle.

1927

Exhibition of Canadian West Coast Art: Native and Modern (Exposition de la côte Ouest du Canada : art autochtone et art moderne), Galerie nationale du Canada (aujourd’hui le Musée des beaux-arts du Canada), Ottawa. En tournée à l’Art Gallery of Toronto (aujourd’hui le Musée des beaux-arts de l’Ontario) et à l’Art Association of Montreal (aujourd’hui le Musée des beaux-arts de Montréal).

1930

Group of Seven (Le Groupe des Sept), Art Gallery of Toronto (Musée des beaux-arts de l’Ontario). En tournée à l’Art Association of Montreal (Musée des beaux-arts de Montréal).

1931

Group of Seven (Le Groupe des Sept), Art Gallery of Toronto (aujourd’hui le Musée des beaux-arts de l’Ontario).

1938

Exhibition by Emily Carr (Exposition d’Emily Carr), Vancouver Art Gallery.

A Century of Canadian Art (Un siècle d’art canadien), Tate Gallery, Londres, Angleterre.

1939

Canadian Group of Painters, World’s Fair, New York.

1945-
1946

Emily Carr: Her Paintings and Sketches (Emily Carr : tableaux et croquis), collaboration entre l’Art Gallery of Toronto (aujourd’hui le Musée des beaux-arts de l’Ontario) et la Galerie nationale du Canada (Musée des beaux-arts du Canada), Ottawa. En tournée à l’Art Association of Montreal (Musée des beaux-arts de Montréal) et à la Vancouver Art Gallery.

1949

Memorial Exhibition (Exposition commémorative), Henry Art Gallery, Seattle.

1951

Exposition inaugurale des salles commémoratives Emily Carr, Vancouver Art Gallery.

1952

Biennale de Venise avec David Milne, Alfred Pellan et Goodridge Roberts. Première participation du Canada à cet événement.

1958

One Hundred Years of B.C. Art (Un siècle d’art en Colombie-Britannique), Vancouver Art Gallery.

1962

The World of Emily Carr: A New Exhibition of Her Paintings from the Newcombe Collection (L’univers d’Emily Carr : nouvelle exposition de tableaux de la collection Newcombe), Compagnie de la Baie d’Hudson, Victoria et Vancouver.

1971

Emily Carr: A Centennial Exhibition Celebrating the One Hundredth Anniversary of Her Birth (Emily Carr : exposition soulignant le centenaire de sa naissance), organisée par la Vancouver Art Gallery. En tournée au Musée des beaux-arts de Montréal et au Royal Ontario Museum, Toronto.

1974

Contemporaries of Emily Carr in British Columbia (Contemporains d’Emily Carr en Colombie-Britannique), Simon Fraser Gallery, Burnaby, Colombie-Britannique.

1977

Exposition inaugurale de la salle Emily Carr, Archives provinciales de la Colombie-Britannique, Victoria.

1979

Emily Carr: The Mature Years — Les années de maturité, organisée par la Vancouver Art Gallery. En tournée à la Maison du Canada, Londres, et au Centre culturel canadien, Paris.

1982

Emily Carr: Sky Paintings (Emily Carr : le ciel en peinture), Art Gallery of Greater Victoria.

1983

Visions and Victories: Ten Canadian Women Artists (Visions et victoires : dix artistes canadiennes), London Regional Art Gallery (Museum London).

1986-
1987

The Advent of Modernism (L’avènement du modernisme), organisée par le High Museum of Art, Atlanta. En tournée au Center for the Fine Arts, Miami, au Brooklyn Museum et au Glenbow Museum, Calgary.

1987

The Expressionist Landscape: North American Modernist Painting, 1920–1947 (Le paysage expressionniste : peinture moderniste nord-américaine, 1920-1947), organisée par le Birmingham Museum of Art, Alabama. En tournée à l’IBM Gallery of Science and Art, New York, à l’Everson Museum of Art, Syracuse, à l’Akron Art Museum et à la Vancouver Art Gallery.

1990

Emily Carr, Musée des beaux-arts du Canada, Ottawa.

The True North: Canadian Landscape Painting, 1896–1939 (Le vrai nord : le paysage canadien en peinture, 1896-1939), Barbican Art Gallery, Londres, Angleterre.

1990-
1991

The Logic of Ecstasy (La logique de l’extase), organisée par les London Regional Art and Historical Museums (Museum London). En tournée à l’Art Gallery of Greater Victoria, à l’Edmonton Art Gallery (Art Gallery of Alberta), à la Mendel Art Gallery, Saskatoon, à la Galerie d’art Beaverbrook, Fredericton, et à la Dalhousie Art Gallery, Halifax.

1991

Emily Carr in France (Emily Carr en France), Vancouver Art Gallery.

1995-
1996

Gasoline, Oil, and Paper: The 1930s Oil-on-Paper Paintings of Emily Carr (Essence, huile et papier : les huiles sur papier d’Emily Carr des années 1930), organisée par la Mendel Art Gallery, Saskatoon. En tournée à l’Edmonton Art Gallery (Art Gallery of Alberta) et à l’Art Gallery of Greater Victoria.

1998-
1999

Emily Carr: Art and Process (Emily Carr : art et processus), organisée par la Vancouver Art Gallery. En tournée à l’Art Gallery of Greater Victoria et à la Kamloops Art Gallery.

1999-
2000

To the Totem Forests: Emily Carr and Contemporaries Interpret Coastal Villages (Vers les forêts totémiques : les villages côtiers vus par Emily Carr et ses contemporains), organisée par l’Art Gallery of Greater Victoria. En tournée à la Vancouver Art Gallery et à la Kamloops Art Gallery.

2001-
2002

Carr, O’Keeffe, Kahlo: Places of Their Own (Carr, O’Keeffe, Kahlo : des lieux bien à elles), organisée par la Collection McMichael d’art canadien, Kleinburg, Ontario. En tournée au Santa Fe Museum of Fine Arts, au National Museum of Women in the Arts, Washington, D.C. et à la Vancouver Art Gallery.

Emily Carr: Eccentric, Artist, Author, Genius (Emily Carr : excentrique, artiste, auteure, génie), Royal British Columbia Museum, Victoria.

 

2006-
2008

Emily Carr : Nouvelles perspectives sur une légende canadienne, collaboration entre la Vancouver Art Gallery et le Musée des beaux-arts du Canada, Ottawa. En tournée au Musée des beaux-arts de l’Ontario, Toronto, au Musée des beaux-arts de Montréal et au Glenbow Museum, Calgary.

2007-
2008

Emily Carr and the Group of Seven (Emily Carr et le Groupe des Sept), Vancouver Art Gallery.

2008

Canadian Women Modernists: The Dialogue with Emily Carr (Les modernistes canadiennes : dialogue avec Emily Carr), Vancouver Art Gallery.

2009

Two Visions: Emily Carr and Jack Shadbolt (Deux visions : Emily Carr et Jack Shadbolt), Vancouver Art Gallery.

2010-
2013

Emily Carr: On the Edge of Nowhere (Emily Carr : à l’orée de nulle part), Art Gallery of Greater Victoria.

2011

The Other Emily: Redefining Emily Carr (L’autre Emily : Emily Carr redéfinie), Royal British Columbia Museum, Victoria.

2012

Documenta 13, Cassel, Allemagne.

2014

From the Forest to the Sea: Emily Carr in British Columbia (De la forêt à la mer : Emily Carr en Colombie-Britannique), Dulwich Picture Gallery, Londres, Angleterre. En tournée au Musée des beaux-arts de l’Ontario, Toronto, en 2015.

Convoluted Beauty: In the Company of Emily Carr (Beauté sinueuse : en compagnie d’Emily Carr), Mendel Art Gallery, Saskatoon.

 


Écrits d’Emily Carr

Les talents littéraires de Carr égalaient ses talents d’artiste. Elle a abondamment écrit sur sa vie et son œuvre, sur les gens qui comptaient pour elle et sur les endroits où elle a vécu et voyagé. Ses écrits, acclamés tant par le public que par la critique, ont contribué à renforcer sa réputation de figure marquante de la scène artistique canadienne.

 

Art Canada Institute, Emily Carr, First edition of Carr’s autobiographical work Klee Wyck, 1941
Première édition de l’ouvrage autobiographique Klee Wyck d’Emily Carr qui lui vaudra un Prix littéraire du Gouverneur général en 1941.
Art Canada Institute, Emily Carr, The Book of Small, 1942
The Book of Small (1942) est un recueil de récits dans lesquels Carr raconte sa jeunesse à Victoria.

 

« Lecture on Totems », 1913, dans CREAN, Susan, éd. Opposite Contraries: The Unknown Journals of Emily Carr and Other Writings, Vancouver, Douglas & McIntyre, 2004. 

« Modern and Indian Art of the West Coast », supplément du McGill News, juin 1929.

Fresh Seeing: Two Addresses by Emily Carr, Allocution prononcée devant les membres du Women’s Canadian Club de Victoria au Crystal Garden en 1930, préface de Doris Shadbolt, introduction d’Ira Dilworth, Toronto, Clarke, Irwin, 1972. 

Klee Wyck, traduit de l’anglais par Michelle Tisseyre, Ottawa, Le Cercle du Livre de France, 1973. 

Petite, traduit de l’anglais par Michelle Tisseyre, Saint-Laurent, Éditions Pierre Tisseyre, 1984. 

The House of All Sorts, Toronto, Oxford University Press, 1944. 

Les maux de la croissance, autobiographie, traduit de l’anglais par Michelle Tisseyre, Saint-Laurent, Éditions Pierre Tisseyre, 1994. 

A Little Town and a Little Girl, Toronto, Clarke, Irwin, 1951. 

The Heart of a Peacock, édité par Ira Dilworth, Toronto, Oxford University Press, 1953. 

Pause: A Sketch Book, édité par Ira Dilworth, Toronto, Clarke, Irwin, 1953. 

An Address, introduction d’Ira Dilworth, Toronto, Oxford University Press, 1955. 

Hundreds and Thousands: The Journals of Emily Carr, Toronto, Clarke, Irwin, 1966. (Réédité avec une introduction de Gerta Moray, Vancouver, Douglas & McIntyre, 2006).

Dear Nan: Letters of Emily Carr, Nan Cheney and Humphrey Toms, édité par Doreen Walker, Vancouver, University of British Columbia Press, 1990. 

Flirt, Punk and Loo: My Dogs and I, Vancouver, Douglas & McIntyre, 1997. 

The Complete Writings of Emily Carr, édité par Doris Shadbolt, Vancouver, Douglas & McIntyre, 1997. 

Opposite Contraries: The Unknown Journals of Emily Carr and Other Writings, édité par Susan Crean, Vancouver, Douglas & McIntyre, 2003. 

Corresponding Influence: Selected Letters of Emily Carr and Ira Dilworth, édité par Linda Morran, Toronto, University of Toronto Press, 2006. 

Sister and I: From Victoria to England, introduction de Kathryn Bridge, Victoria, Royal British Columbia Museum, 2011. 

Sister and I in Alaska, édité par David Silcox, Vancouver, Figure 1 Publishing, 2014.

 


Commentaires critiques

En plus des grandes publications d’art et des revues critiques qui fournissent une documentation étoffée sur Carr, on fait régulièrement depuis sa mort des découvertes dans les archives et les connaissances sur son œuvre augmentent et s’enrichissent de nouvelles interprétations.

 

Art Canada Institute, Emily Carr, A Biography, 1979
Emily Carr: A Biography (1979) de Maria Tippett.

BLANCHARD, Paula. The Life of Emily Carr, Vancouver, Douglas & McIntyre, 1987.

BRAID, Kate. Emily Carr: Rebel Artist, Montreal, XYZ Publishing, 2000. 

BRIDGE, Kathryn. Emily Carr in England, Victoria, Royal British Columbia Museum, 2014. 

CROSBY, Marcia. « Construction of the Imaginary Indian », dans Vancouver Anthology: The Institutional Politics of Art, édité par Stan Douglas, Vancouver, Talon Books, 1991, p. 267-291. 

DAWN, Leslie. National Visions, National Blindness: Canadian Art and Identities in the 1920s, Vancouver, University of British Columbia Press, 2006. 

DESOTO, Lewis. Emily Carr, Extraordinary Canadians series, introduction de John Ralston Saul, Toronto, Penguin Canada, 2011. 

HEMBROFF-SCHLEICHER, Edythe. Emily Carr: The Untold Story, Saanichton, B.C., Hancock House, 1978.

HILL, Charles C., Johanne Lamoureux et Ian M. Thom, éd. Emily Carr : Nouvelles perspectives sur une légende canadienne, Vancouver, Douglas & McIntyre; Ottawa, Musée des beaux-arts du Canada, 2006. Catalogue d’exposition. 

LAURENCE, Robin. Beloved Land: The World of Emily Carr, Vancouver, Douglas & McIntyre; Seattle, University of Washington Press, 1996. 

MACNAIR, Peter et Jay Stewart. To the Totem Forests: Emily Carr and Her Contemporaries Interpret Coastal Villages, Victoria, Art Gallery of Greater Victoria, 1999. Catalogue d’exposition. 

MALLORY, Catherine. Victorian and Canadian Worlds of Emily Carr: Study of a Divided Imagination, mémoire de maîtrise, Dalhousie University, Halifax, 1979. 

MILROY, Sarah, éd. et Ian DejardinFrom the Forest to the Sea: Emily Carr in British Columbia, Toronto, Musée des beaux-arts de l’Ontario; Dulwich Picture Gallery, Londres, 2014. Catalogue d’exposition. 

MORAY, Gerta. « Wilderness, Modernity and Aboriginality in the Paintings of Emily Carr », Journal of Canadian Studies, vol. 33, no 2, 1998, p. 43-65. 

———. « Emily Carr and the Traffic in Native Images », dans Antimodernism and Artistic Experience: Policing the Boundaries of Modernism, édité par Lynda Jessup et Matthew Teitelbaum, Toronto, University of Toronto Press, 2001, p. 71-93.

———. « The Invisibility of Lee Nam, Chinese Artist in British Columbia », dans Untold Stories of British Columbia, édité par Paul Wood, Victoria, University of Victoria Humanities Centre, 2003.

———. Unsettling Encounters: First Nations Imagery in the Art of Emily Carr, Vancouver, University of British Columbia Press, 2006.

NEWLANDS, Anne. Emily Carr: An Introduction to Her Life and Art, Willowdale, Ontario, Firefly, 1996. 

O’BRIAN, John et David Alexander, éd. Gasoline, Oil, and Paper: The 1930s Oil-on-Paper Paintings of Emily Carr, Saskatoon, Mendel Art Gallery, 1995. Catalogue d’exposition. 

O’BRIAN, John et Peter White, éd. Beyond Wilderness: The Group of Seven, Canadian Identity, and Contemporary Art, Montreal et Kingston, McGill-Queen’s University Press, 2007. 

SCHIFF, Bennett. « Canada’s National Treasure » dans Smithsonian, mars 1999, p. 102-111. 

SHADBOLT, Doris. The Art of Emily Carr. Vancouver, Douglas & McIntyre, 1979.

———. Emily Carr, Ottawa, Musée des beaux-arts du Canada, 1990. Catalogue d’exposition.

———. Seven Journeys: The Sketchbooks of Emily Carr, Vancouver, Douglas & McIntyre; Seattle, University of Washington Press, 2002.

THOM, Ian. Emily Carr en France, Vancouver, Vancouver Art Gallery, 1991. Catalogue d’exposition. 

———. Emily Carr: Art and Process, Vancouver, Vancouver Art Gallery, 1998. Catalogue d’exposition.

TIPPETT, Maria. Emily Carr: A Biography, Toronto, Oxford University Press, 1979 (réimpression : Toronto, Penguin Canada, 1982).

UDALL, Sharyn. Carr, O’Keeffe, Kahlo: Places of Their Own, New Haven, Yale University Press, 2000. Catalogue d’exposition.

WALKER, Stephanie Kirkwood. This Woman in Particular: Contexts for the Biographical Image of Emily Carr, préface de William Closson James, Waterloo, Ontario, Wilfrid Laurier University Press, 1996.

 


Cinéma et théâtre

La vie personnelle et professionnelle d’Emily Carr fascine le public depuis que l’Office national du film du Canada a réalisé le premier film à son sujet en 1946 dans le cadre d’une série sur les artistes canadiens. Depuis, son œuvre a fait l’objet de nombreux documentaires et productions théâtrales louangés par la critique.

 

Quatre grands documentaires ont été produits sur la vie d’Emily Carr. The Life and Times of Emily Carr, d’une durée d’une heure, a été produit par le Biography Channel, un réseau de télévision canadien associé au réseau anglais de Radio-Canada, en 1997. En 1978, l’Office national du film du Canada a produit deux films : Growing Pains et Little Old Lady on the Edge of Nowhere.

 

Art Canada Institute, Emily Carr, Bone Wind Fire, 2011
Scène tirée du court métrage Désert Vent Feu (2011), réalisé par Jill Sharpe.

 

Le long métrage documentaire Winds of Heaven: Emily Carr, Carvers and the Spirit of the Forest(2010, réalisé par Michael Ostroff) analyse plus attentivement son œuvre dans le contexte des cultures autochtones. L’Office national du film du Canada a produit Désert Vent Feu (2011), un court documentaire sur Carr et deux autres femmes artistes, Georgia O’Keeffe et Frida Kahlo. 

 

On peut entendre A.Y. Jackson livrant un court message commémoratif à CBC Radio en 1963 en cliquant sur http://www.cbc.ca/archives/categories/arts-entertainment/visual-arts/visual-arts-general/remembering-artist-emily-carr.html. Gracieuseté des archives du Royal British Columbia Museum, Victoria, D-03843.

 

L’œuvre de Carr a aussi inspiré de nombreuses productions théâtrales : Emily Carr: A Stage Biography with Pictures (Herman Voaden, 1960); Klee Wyck: A Ballet for Emily Carr (interprété par Anna Wyman Dance Theatre sur une musique d’Ann Mortifee, CBC TV, 1975); Song of This Place(Joy Coghill, 1987); Le voyage magnifique d’Emily Carr(Jovette Marchessault, 1990, édité chez Leméac), traduit en anglais sous le titre The Magnificent Voyage of Emily Carr (publié en 1992); et The Remarkable Emily Carr (Susan Shillingford, 2008).

 


Ressources Internet

Art Gallery of Greater Victoria (site en anglais seulement) : http://aggv.ca/collection/emily-carr
 

Musée virtuel du Canada, Vancouver Art Gallery : http://www.virtualmuseum.ca/sgc-cms/expositions-exhibitions/emily_carr/fr/index.php
 

Historica Canada : http://www.thecanadianencyclopedia.com/articles/emily-carr
 

Bibliothèque et Archives Canada, To the Totem Forests: Emily Carr and Contemporaries Interpret Coastal Villages (site en anglais seulement) : http://epe.lac-bac.gc.ca/100/
205/301/ic/cdc/totems/default.htm

 

Vancouver Art Gallery (site en anglais seulement) : http://www.vanartgallery.bc.ca/collection_and_research/emily_carr.html

 

Télécharger Télécharger