En Télécharger le livre Tous les livres d’art Accueil

Cette fois-ci 2013

Jin-me Yoon, Cette fois-ci, 2013

Jin-me Yoon, This Time Being 9 (Cette fois-ci 9),  2013
Épreuve à développement chromogène, 45,7 x 55,9 cm

Cette fois-ci 9, est l’un des neuf portraits sculpturaux que Jin-me Yoon a créés en drapant, en suspendant et en calant une sculpture en caoutchouc souple dans divers environnements extérieurs. Série la plus abstraite et la plus formelle de l’artiste, Cette fois-ci marque un point culminant qui indique l’importance centrale de la forme construite dans toute son œuvre, même lorsque cette forme peut sembler secondaire par rapport au contenu. Avec ce projet, Yoon se tourne vers le monde non-humain pour réimaginer la relationnalité. En vertu du positionnement précaire du caoutchouc qui se moule à son environnement, les œuvres de la série inventent une réalité dans laquelle les humains reconsidèrent leurs relations interpersonnelles et avec leur environnement, abandonnant leur primauté dans le monde.

 

Lee Ufan, Relatum [formerly Phenomena and Perception B] (Relatum [anciennement phénomène et perception B]), 1969/2012, verre et pierre, pierre : 35,5 x 50,8 x 36,8 cm; verre : 200 x 240 cm.

En cela, la série s’apparente à Relatum, 1969/2012, un ensemble d’œuvres dans lequel l’artiste Lee Ufan (né en 1936) laisse tomber des blocs de pierre sur des feuilles de verre pour mettre en évidence les relations conditionnelles et provisoires. À la différence de l’œuvre de Lee, qui se manifeste purement à l’échelle géologique et philosophique, la série de Yoon évoque également les relations humaines et les histoires matérielles.

 

Yoon rapporte que les portraits ont été réalisés sur l’île Hornby, où l’artiste a élu domicile depuis plusieurs décennies, et plus encore, que nombre d’entre eux sont campés dans les jardins de ses proches, Wayne et Anne Ngan, qui figurent également parmi les sujets de Living Time (Temporalités), 2019, où le temps vécu s’oppose au temps géologique. Dans Cette fois-ci, le matériau agit comme un étranger. Le caoutchouc lui-même, bien que synthétique, renvoie aux histoires coloniales de production et de circulation du caoutchouc, et semble quelque peu déplacé dans ces décors édéniques. En s’appuyant, en se pliant et en s’affaissant, le matériau se place doucement et établit des relations d’interdépendance gravitationnelle avec son nouvel écosystème. Dans ces espaces inattendus, de nouveaux ensembles de relations temporaires et contingentes sont créés, ouvrant la possibilité d’une forme sculpturale nouvelle et relationnelle.