En Télécharger le livre Tous les livres d’art Accueil

Fugitif [Indésirable] 2004

Jin-me Yoon, Fugitif [Indésirable], 2003-2004

Jin-me Yoon, Fugitive [Unbidden] 3 (Fugitif [Indésirable] 3), 2004
Épreuve à développement chromogène, 96,5 x 96,5 cm
Musée de beaux-arts du Canada, Ottawa

Jin-me Yoon, Fugitif [Indésirable], 2003-2004

Jin-me Yoon, Fugitive [Unbidden] 5 (Fugitif [Indésirable] 5), triptyque 3 de 3, 2004
Épreuve à développement chromogène, 76,2 x 76,2 cm

Fugitif [Indésirable] est une œuvre de transition par laquelle Jin-me Yoon fait évoluer sa pratique vers des réflexions sur les histoires difficiles et la mobilité des souvenirs que les personnes immigrantes transportent d’un endroit à l’autre. L’œuvre est composée de quatre vidéos, Grassland (Prairie), Underbrush (Sous-bois), Jungle-Swamp (Jungle marécageuse) et Channel (Canal), ainsi que d’une série de photographies de performances. Les trois premières vidéos montrent Yoon en un personnage vêtu de noir, évoquant un ninja d’Hollywood ou un résistant du Viêt-cong, rôdant dans les bosquets de bambou du Pioneer Park, à Kamloops, en Colombie-Britannique. On y voit l’artiste ramper, se cacher derrière des rochers ou des touffes d’herbe, sauter dans l’eau et tenir un couteau. Sur un ton très différent, Canal est dominé par des images d’eau et de tranquillité mélancolique : Yoon flotte sur une rivière comme Ophélie dans Hamlet, vêtue d’un hanbok, la tenue traditionnelle coréenne.

 

Jin-me Yoon, vue de l’installation Channel [Unbidden] (Canal [Indésirable]), 2003, vidéo monocanal, 11:11; (it is this/it is that) [c’est ceci/c’est cela], 2004, diptyque, épreuves chromogènes, 74 x 126 cm chacune, au Musée d’art contemporain des Laurentides, Saint-Jérôme, en 2019, photographie de Lucien Lisabelle.

Les deux formes de représentation dans Fugitif [Indésirable] capturent deux modes très restreints et genrés dont disposent les corps asiatiques, même encore au début des années 2000 : celui d’ennemi dans une guerre et celui de victime féminisée (souvent sexualisée). En jouant les deux rôles et en soulignant l’artificialité de sa performance, Yoon expose les stéréotypes qui sont imposés aux corps asiatiques par la culture populaire et la façon dont les sujets asiatiques sont figurés (si tant est qu’ils le soient) dans les médias par des représentations unidimensionnelles.

 

Au-delà de son propos sur les mises en scène hollywoodiennes des corps asiatiques, Fugitif [Indésirable] exprime également les expériences post-traumatiques des personnes immigrantes issues de pays déchirés par la guerre. Yoon crée ces vidéos pour souligner le cinquantième anniversaire de l’armistice qui a mis fin aux combats de la guerre de Corée en 1953, dans le but d’explorer la façon dont les histoires de conflits intergénérationnels sont transportées dans le corps, à travers les océans et les continents, avant la réinstallation au Canada des personnes qui les portent. Les géographies canadiennes, apparemment inoffensives, sont réimaginées comme des paysages éphémères du conflit par les personnages de Yoon, qui sont hantés par des souvenirs dérangeants alors qu’ils courent, rampent et se cachent. En relation avec d’autres histoires de guerre et de violence dans le contexte de l’immigration et du colonialisme au Canada, cette œuvre s’adresse aux corps qui n’ont pas été invités sur cette terre et aspire à la libération par la solidarité.