En Télécharger le livre Tous les livres d’art Accueil

Mul Maeum 2022

Jin-me Yoon, Mul Maeum, 2022

Jin-me Yoon, Mul Maeum, arrêt sur image, 2022
Vidéo à trois canaux, 30:48

Mul Maeum, qui signifie eau-cœur-esprit, est une série photographique et vidéo à trois canaux qui réimagine les connectivités humaines et planétaires en reliant trois sites coréens par le flux de l’eau. Plus encore, par les fils qu’elle tisse entre ces sites par des paysages aquatiques, visuels et sonores ainsi que par la structure circulaire de l’œuvre, Jin-me Yoon crée une poétique de la migration, inspirée de la Poétique de la relation d’Édouard Glissant, qui met l’accent sur le flux et l’enchevêtrement dans les mondes humain et non humain, par opposition à la catégorisation, à la séparation, au progrès et au contrôle.

 

Jin-me Yoon, Mul Maeum, arrêt sur image, 2022, vidéo à trois canaux, 30:48.

 

Le film débute sur l’île touristique de Jeju, en Corée du Sud, avec une histoire de nouveaux départs et du sens aigu de l’hospitalité – le périple d’une famille réfugiée Yemini qui y a trouvé protection en 2018, suscitant des discussions en Corée sur l’identité et l’appartenance. Nous voyons la famille creuser un trou sur la plage, alors que leur fille, Fatima, chante d’une voix fragile d’adolescente. Cette même action est réalisée par la propre famille de Yoon dans Long View (Regarder au loin), 2017. La simple action de creuser un trou paraît à la fois ludique et imprégnée d’une signification profonde; elle fonctionne dans cette œuvre comme une métaphore pour planter des racines nouvelles et démarrer une nouvelle vie. La famille réfugiée est accueillie par une femme de Jeju qui, en dansant, se transforme en orbes semblables à des joyaux qui palpitent de joie par ses mouvements, suggérant de manière cinématographique la possibilité de nouvelles formes d’ouverture et de solidarité fondamentales.

 

Jin-me Yoon, Mul Maeum, arrêt sur image, 2022, vidéo à trois canaux, 30:48.

 

Ce sentiment de possibilité précaire est suivi par celui de la perte, lorsque l’œuvre passe d’une poétique de la migration dans le monde humain, à la dégradation de la mobilité et de l’environnement dans le monde non humain. Plongeant la personne spectatrice sous l’eau, la caméra refait surface à la digue Saemangeum, la plus longue au monde, qui a desséché la voie de migration Asie orientale-Australasie, perturbant la migration de 330 000 oiseaux chaque année. Le paysage est vide, sec, jonché de bateaux abandonnés et hanté par de mystérieux jangseung, des mâts totémiques traditionnels coréens faits de bois, ici sculptés par des activistes pour protester contre la digue. Contrairement à la cinématographie riche des segments portant sur Jeju, ceux montrant Saemangeum sont réalisés avec les mouvements saccadés de la caméra à l’épaule et des images le plus souvent dénuées de couleurs, qui ont pour toile de fond le bruit des avions et des exercices militaires de la base aérienne qui a été construite sur l’ancien estuaire. Mélancoliques et bruts, ces segments montrent les coûts environnementaux de l’industrialisation, du militarisme et du progrès incessant.

 

Jin-me Yoon, Mul Maeum, arrêt sur image, 2022, vidéo à trois canaux, 30:48.

 

Des sirènes de raid aérien et des images de projecteurs s’intercalent pour faire entrer le troisième site dans l’œuvre : la zone démilitarisée (DMZ) entre la Corée du Nord et la Corée du Sud. Cette zone de quatre kilomètres de large, située le long de la ligne de cessez-le-feu de 1953, est ironiquement la région la plus riche en biodiversité des deux Corées, offrant un refuge à six mille espèces de la flore et de la faune qui traversent librement la frontière la plus militarisée du monde. Par-dessus le contour des jumelles, utilisées par les touristes du côté sud-coréen de la frontière pour observer le côté nord-coréen, Yoon offre un point de vue piéton de l’« Autre » nord-coréen, cultivant, marchant, faisant du vélo, ainsi que des images d’oiseaux au sol, en vol, ou en nuée, dans un ballet aérien spectaculaire. Cette image pastorale fait place à des images d’archives en noir et blanc de personnes coréennes émigrant pendant la guerre de Corée, que Yoon superpose ensuite à des séquences filmiques d’oiseaux migrateurs, de gens surfant sur l’eau et de parachutes semblables à des méduses. Ces images contrastées de migrations forcées et de frontières fermées, juxtaposées à des visions éthérées de la liberté de mouvement dans le monde humain et animal, résonnent de manière poignante, remettant en question les conséquences de la modernisation.

 

Jin-me Yoon, Mul Maeum, arrêt sur image, 2022, vidéo à trois canaux, 30:48.

 

Le film se termine par un retour à Saemangeum, avec des images de construction sur l’estuaire et un panoramique vertical puissant du monument qui a été construit sur la digue. Le bruit des avions à réaction qui décollent rappellent que la base aérienne de Gunsan est toute proche. Lorsque la caméra se tourne sur le côté du monument, le public est confronté à un écran divisé, qui crée un mémorial silencieux à la place du monument, dédié à ce qui a été perdu dans la course anthropocentrique au progrès. Mul Maeum tourne ensuite en boucle, revenant à un angle de caméra horizontal, nous ramenant aux oiseaux migrateurs qui sont encore dans l’estuaire, l’eau évoquant l’interconnexion de nos écosystèmes planétaires et de nos vies.

 

Jin-me Yoon, Mul Maeum, arrêt sur image, 2022, vidéo à trois canaux, 30:48.