Malgré le fait qu’il n’ait reçu presqu’aucune formation artistique, Homer Watson (1855-1936) atteint, dans sa mi vingtaine, une renommée nationale après que sa peinture The Pioneer Mill (La vieille scierie), 1880, ait été achetée pour offrir en cadeau à la Reine Victoria. Sa gloire augmente encore lorsqu’Oscar Wilde l’assimile aux artistes de Barbizon en France et déclare qu’il est le « Constable canadien » (ajoutant qu’il « doit absolument connaître cet homme »). L’artiste ontarien, originaire de Kitchener, se construit une carrière internationale qui l’a conduit à devenir président tant du moderniste Canadian Art Club que de la plus traditionnelle Académie royale des arts du Canada.

 

« Les paysages d’Homer Watson sont des manifestes biographiques et des déclarations philosophiques, une occasion d’explorer la vie intérieure, le pouvoir et le sens de la nature, et d’explorer la délicate relation de respect que, selon lui, les êtres humains doivent établir avec le monde naturel. Son dévouement à sauvegarder l’environnement était exceptionnel et visionnaire. »Brian Foss

 

Homer Watson. Sa vie et son œuvre est une fascinante étude d’un peintre qui a su définir le sens de son art et de son identité, quarante ans avant les membres du Groupe des Sept. L’auteur Brian Foss retrace la carrière de l’artiste, du romantisme et du naturalisme de ses premières œuvres à l’imagerie expressionniste grandissante de ses dernières années.

 

Bien que la gloire du Groupe des Sept ait supplanté celle de Watson à la fin de sa carrière, il est demeuré pendant toute sa vie un exemple d’intégrité personnelle et un défenseur implacable de l’art, des artistes, de la nature et de l’environnementalisme canadiens. Malgré ses nombreux voyages internationaux, Watson est toujours revenu à son point d’attache au sud de l’Ontario, où il peint la région de Grand River à Kitchener, avec ce qu’il nomme « foi, ignorance et délices ».

 

Brian Foss est enseignant, commissaire d’expositions indépendant et directeur de la School for Studies in Art and Culture de l’Université Carleton. Son plus récent projet est l’exposition primée, Une modernité des années 1920. Montréal. Le groupe de Beaver Hall, co-organisée avec Jacques Des Rochers pour le Musée des beaux-arts de Montréal (2015). Parmi ses publications, on compte de nombreux catalogues d’expositions, ainsi que The Visual Arts in Canada: The Twentieth Century (2010), en collaboration avec Anne Whitelaw et Sandra Paikowsky. Il est actuellement président du conseil consultatif du Journal of Canadian Art History (Annales d’histoire de l’art canadien).

Our Sponsors Our Sponsors
Download Download