Né à Thurso, en Écosse, Jock Macdonald (1897-1960) arrive à Vancouver en septembre 1926, où il obtient le poste de directeur de design à la Vancouver School of Decorative and Applied Arts (aujourd’hui l’Université d’art et de design Emily-Carr), nouvellement établie. Au cours des trois décennies suivantes, il est à l’avant-garde de l’art canadien : le premier peintre à exposer des œuvres abstraites à Vancouver, et un grand défenseur des artistes canadiens novateurs, tant au pays qu’à l’étranger. En plus de sa pratique artistique, son travail comme professeur lui a permis de devenir un mentor pour des générations d’artistes. Il contribue à la fondation du Groupe des peintres canadiens, du collectif Painters Eleven, ainsi que du Groupe de Calgary.

 

« La carrière artistique de Jock Macdonald le mène du design et de l’illustration à la peinture de paysage et, à partir du début des années 1930, à la quête perpétuelle d’un mode d’expression en recourant à l’abstraction. Cette quête repose sur sa conviction que le design et l’art – même l’art abstrait – doivent être ancrés dans le monde naturel. »Joyce Zemans

 

Basé à Vancouver, Macdonald établit un lien privilégié avec les paysages spectaculaires et accidentés de la Colombie-Britannique. Son identification spirituelle avec la nature et sa détermination à traduire en peinture l’expérience du paysage le lancent dans une quête qui marquera à jamais sa démarche artistique. Sous-tendant son exploration est la conviction que le design et l’art doivent être ancrés dans le monde naturel. En 1957, trois ans avant le décès de l’artiste, le critique d’art torontois Robert Fulford le considère comme « le meilleur jeune artiste abstrait ou non-objectif au Canada, même s’il a 61 ans. »

 

Joyce Zemans, O.C., est historienne de l’art, commissaire d’exposition, critique d’art, professeure et administratrice travaillant dans les domaines de l’art canadien, la pratique commissariale et la politique culturelle. Ses recherches en histoire de l’art sont notamment axées sur le rôle de l’abstraction dans l’art canadien; le rôle des musées au XXIe siècle; la formation du canon de l’histoire de l’art; et le statut des artistes femmes. Parmi ses autres fonctions, elle a été doyenne de la faculté des arts de l’Université York et directrice du Conseil des arts du Canada.

Our Sponsors Our Sponsors
Download Download