L’artiste native de Vancouver, Molly Lamb Bobak (1922-2014) est la première femme artiste de guerre canadienne. Fille du célèbre photographe Harold Mortimer-Lamb, Bobak rêve de devenir peintre comme l’ami de la famille, membre du Groupe des Sept, A.Y. Jackson. En 1942 Bobak rejoint le Service féminin de l’Armée canadienne et elle est envoyée à l’étranger, à Londres, où elle représente les entraînements de l’armée féminine ainsi que des scènes dynamiques de marches et de parades—sujets pour lesquels elle est plus tard reconnue.

 

Durant son séjour au Royaume-Uni, elle épouse un collègue artiste de guerre Bruno Bobak. En 1960 leur famille s’installe à Fredericton au Nouveau-Brunswick, et ils y vivent et y travaillent durant plus d’un demi-siècle. Faisant partie d’une des premières générations de femmes canadiennes à gagner leur vie en tant qu’artistes, Bobak est reconnue pour ses peintures, ses dessins et ses aquarelles. Pour son rôle lors de la Seconde Guerre mondiale et pour de nombreuses autres réalisations d’importance, elle est élue en 1973 à l’Académie royale des arts du Canada et est récipiendaire de l’Ordre du Canada en 1995.

 

« La carrière de Molly Lamb Bobak comme artiste professionnelle commence avec son engagement en tant que première femme artiste de guerre au Canada. Elle demeure surtout reconnue pour les peintures qu’elle réalise une fois les hostilités terminées en Europe et pour les dessins humoristiques et satiriques qu’elle inclut dans son journal de guerre—souvent accompagnés de subtiles critiques portant sur des questions de genre. »Michelle Gewurtz

 

Molly Lamb Bobak. Sa vie et son œuvre retrace la carrière de cette Canadienne pionnière ainsi que l’étendue et la diversité de sa production artistique, tant ses natures mortes et ses intérieurs que ses scènes de foule et ses autoportraits. En éclairant sa façon particulière d’aborder, par son travail, les contraintes des préjugés genrés, le livre explore l’héritage de Bobak en tant qu’artiste aussi bien que comme éducatrice.

 

Michelle Gewurtz est conservatrice de la Galerie d’art d’Ottawa (GAO). Elle détient un doctorat en histoire de l’art de l’Université de Leeds avec spécialisation en féminisme et en arts visuels. Ses projets de commissariat explorent la convergence des politiques de genre et de l’identité créative et ses intérêts de recherche s’étendent tant aux pratiques artistiques historiques que contemporaines. Parmi les expositions qu’elle a organisées à la GAO, on retient We’ll All Become Stories (Nous deviendrons tous des histoires) et A Window on Paraskeva Clark (Une fenêtre sur Paraskeva Clark).

Download Download