Selon A. Y. Jackson, un membre fondateur du Groupe des Sept, Prudence Heward (1896-1947) était « le meilleur peintre que nous ayons jamais eu au Canada, mais elle n’a jamais obtenu la reconnaissance qu’elle méritait tant de son vivant ». Réputée pour ses portraits de femmes provocants, son traitement expressionniste de la couleur et ses modelés sculpturaux, Heward donne un nouveau sens à la représentation de sujets féminins dans les années 1920 et 1930. Après des études à l’Art Association de Montréal auprès de William Brymner, elle devient une personnalité de premier plan dans le milieu artistique montréalais. Elle participe à son mouvement d’avant-garde dans l’entre-deux-guerres, s’associe au Groupe de Beaver Hall, au Canadian Group of Painters et à la Société d’art contemporain, et expose auprès des membres du Groupe des Sept. 

 

« L’intériorité qu’elle a su insuffler à ces tableaux de femmes qui ne sourient jamais me fascine. »Julia Skelly

 

Prudence Heward. Sa vie et son œuvre décrit les approches fascinantes de l’artiste à l’égard de ses sujets : elle demeure attentive aux enjeux de classe sociale, de sexe et de race. Heward fait partie des peintres canadiens les plus innovateurs du début du vingtième siècle. Malgré l’exposition commémorative itinérante organisée par la Galerie nationale du Canada à Ottawa peu après son décès survenu en 1947, elle tombe rapidement dans l’oubli jusqu’à ce que des historiennes de l’art féministes redécouvrent son œuvre. Julia Skelly nous révèle pourquoi Heward est maintenant reconnue comme une pionnière et l’un des artistes canadiens les plus innovateurs de son époque.

 

Titulaire d’un doctorat de l’Université Queen’s, Julia Skelly enseigne au Département d’histoire de l’art et d’études en communications de l’Université McGill. Elle a écrit Wasted Looks: Addiction and British Visual Culture, 1751-1919 (Ashgate, 2014) et assuré la direction éditoriale de The Uses of Excess in Visual and Material Culture, 1600-2010 (Ashgate, 2014). Bloomsbury publiera en mars 2017 son ouvrage Radical Decadence: Excess in Contemporary Feminist Textiles and Craft.

Our Sponsors Our Sponsors
Download Download