Néon de jour de Harold Town (1924-1990) a été exposée en 1955 lors de la seconde exposition collective de Painters Eleven. Pour la création de ce tableau, Town laisse les formes apparaître en dessinant, une méthode similaire à celle de l’automatisme surréaliste pratiqué par les Automatistes à Montréal dans les années 1940, et par les peintres new-yorkais Arshile Gorky (1904-1948), Jackson Pollock (1912-1956) et Willem de Kooning (1904-1997). Mais les collisions entre diagonales et la perception de mouvement continu évoquent aussi le langage visuel des bandes dessinées de Captain Marvel et de Minute-Man que Town affectionnait durant son enfance.

 

Harold Town, Néon de jour, 1953

Harold Town, Néon de jour, 1953

Huile sur masonite, 121,9 x 121,9 cm, Robert McLaughlin Gallery, Oshawa

Le titre de la peinture suggère une scène urbaine; les néons reflétant le développement du paysage urbain de Toronto constituent à l’époque un thème récurrent dans l’œuvre de Town. Il croit qu’un art formel d’importance peut puiser son inspiration dans le décor de la ville moderne : « Soudainement, j’ai pris conscience du fait que ces panneaux étaient beaux, avec leurs bleus magnifiques, et que si un Égyptien du temps des grands pharaons descendait cette rue, de tels panneaux seraient pour lui une source de mystères insondables. Il y tout là-dedans. »

 

Cette rubrique en vedette est extraite de Harold Town : sa vie et son œuvre par Gerta Moray.

Autres « en vedette »

Download Download