• Yarwood, Walter (Canadien, 1917-1996)

    Travaillant d’abord comme peintre, Yarwood abandonne ce médium en faveur de la sculpture suivant la dissolution du collectif Painters Eleven, dont il est membre. Il crée ses œuvres à partir de matériaux tels que l’aluminium coulé, le bronze, le bois et des objets trouvés. Ses œuvres créées sur commande se retrouvent à Winnipeg, Toronto et Montréal.

  • Yeomans, Don (Haïda, né en 1958)

    Tôt en carrière, Yeomans étudie auprès de sa tante, la sculptrice Freda Diesing, et l’artiste haïda Robert Davidson (Guud San Glans). Artiste très estimé, il est connu pour travailler avec une vaste gamme de matériaux et pour amalgamer l’iconographie haïda traditionnelle à des motifs contemporains.

  • Young, Henry (Haïda, v.1871-1968)

    Historien et artiste haïda, Young est formé aux pratiques traditionnelles de l’art de raconter des contes qui valorisent l’engagement profond envers les moindres détails. Il partage ses récits dans le cadre de projets d'histoire orale et avec Bill Reid qui a été profondément ému et inspiré par l’expérience.

  • Youngerman, Jack (Américain, né en 1926)

    Membre de la génération d’expressionnistes abstraits américains dont font partie Ellsworth Kelley, Robert Motherwell et Agnes Martin, Jack Youngerman habite et peint à Paris de 1947 à 1956, se découvrant un intérêt pour les formes organiques et l’abstraction hard-edge. À son retour aux États-Unis, il s’établit à New York et, en 1959, participe à l’exposition phare de Dorothy Miller intitulée 16 Americans (16 Américains) au Museum of Modern Art. Youngerman travaille en couleur, puis en noir et blanc, puis de nouveau en couleur. Dans les années 1970, il élargit sa pratique pour englober la sculpture abstraite en fibre de verre coulée, en acier et en aluminium, ainsi qu’en bois.

Télécharger Télécharger