L’abstractionniste Agnes Martin (1912-2004) appartient à deux cercles distincts : les Taos Moderns, puis les artistes de New York. Le premier cercle réunit des peintres qui se disent modernes, tels Louis Ribak (1902-1979), Beatrice Mandelman (1912-1998), Clay Spohn (1898-1977) et Edward Corbett (1919-1971), et qui ont quitté New York et la Californie dans les années 1950 pour s’établir dans le village isolé de Taos, au Nouveau-Mexique. Centre artistique depuis les années 1890, Taos a gagné en notoriété grâce aux toiles de Georgia O’Keeffe (1887-1986) et aux photographies d’Ansel Adams (1902-1984). Bien que les Taos Moderns ne forment pas un groupe officiel, ses membres sont inspirés par l’expressionnisme abstrait et ils entretiennent des liens avec le mouvement plus vaste de l’abstraction américaine d’après-guerre : le peintre californien Richard Diebenkorn (1922-1993) a exposé à plusieurs reprises à Taos; Mark Rothko (1903-1970), Ad Reinhardt (1913-1967) et Clyfford Still (1904-1980) ont tous fait le voyage depuis New York. Reinhardt fait figure de dénominateur commun entre l’univers de Martin à Taos dans les années 1950 et sa vie à New York dans les années 1960. Les deux artistes ont fait connaissance en 1951 et travaillent ensuite avec la même galeriste, Betty Parsons (1900-1982). Durant cette période, Martin peint dans un style biomorphique abstrait, comme en témoigne le tableau de 1954 intitulé The Le Merlebleu.

 

Agnes Martin, Le Merlebleu, 1954

Agnes Martin, The Bluebird (Le Merlebleu), 1954

Huile sur toile, 71,4 x 101,6 cm, Roswell Museum and Art Center, Nouveau-Mexique. © Agnes Martin / SOCAN (2019)

En 1957, Martin déménage à New York, plus précisément à Coenties Slip, où un petit contingent d’artistes a élu résidence au sein des voileries abandonnées de la rive est du Lower Manhattan. Comme les Taos Moderns, les artistes du Slip – notamment Robert Indiana (1928-2018), Lenore Tawney (1907-2007), Ellsworth Kelly (1923-2015), James Rosenquist (1933-2017) et Jack Youngerman (né en 1926) – ne sont pas unis par un style particulier, mais par une sensibilité partagée et une proximité géographique. Collectivement, le milieu artistique du Slip constitue une répartie à l’expressionnisme abstrait; on peut voir en Martin une figure charnière entre la génération de Jackson Pollock (1912-1956) et William de Kooning (1904-1997), et les formalistes – c’est-à-dire les minimalistes, les praticiens de l’art optique (communément appelé op art) et les artistes du hard edge – qui lui succèdent.

 

Claude Tousignant, L’empêcheur de tourner en rond, 1964

Claude Tousignant, L’empêcheur de tourner en rond, 1964

Acrylique latex sur toile, 177,8 x 177,8 cm, Yale University Art Gallery, New Haven, Connecticut

C’est à New York que Martin a adopté le motif de la grille et élaboré son style emblématique. Les expositions collectives auxquelles elle participe dans les années 1960 l’associent à différents courants picturaux. En 1965, le Museum of Modern Art la classe dans l’op art, un mouvement qui s’intéresse aux questions de la perception à travers l’abstraction et qui compte dans ses rangs des artistes tels le Canadien Claude Tousignant (né en 1932). L’année suivante, une exposition au Solomon R. Guggenheim Museum présente un tableau de Martin, La ville, ainsi que Bleu, vert, jaune, orange, rouge, de Kelly, comme exemplaires du hard edge. Le conservateur Lawrence Alloway soutient que ce terme s’oppose à l’abstraction géométrique de l’op art et qu’il permet « de souligner les qualités holistiques aussi bien des grandes formes asymétriques » de Kelly que des « agencements symétriques » de Martin.

 

Agnes Martin, La ville, 1966

Agnes Martin, The City (La ville), 1966

Acrylique et graphite sur toile, 182,9 x 182,9 cm, Cleveland Museum of Art, Ohio. © Agnes Martin / SOCAN (2019)

Toujours en 1966, le tableau Leaves (Feuilles), 1966, de Martin est présenté à la Dwan Gallery de Los Angeles, cette fois aux côtés d’œuvres minimalistes de Robert Morris (né en 1931), de Carl Andre (né en 1935) et de Sol Lewitt (1928-2007). L’exposition réunit des peintures et des sculptures monochromes ou fondées sur le motif de la grille, qui présentent des affinités stylistiques avec l’art de Martin. Malgré la cohérence visuelle de l’exposition, les artistes ne sont pas parvenus à s’entendre sur une déclaration, ni même sur un titre qui résumerait leur mouvement. Comme l’a fait remarquer Martin : « C’était tous des minimalistes; ils m’ont demandé d’exposer avec eux. Mais c’était avant que le terme ne soit inventé […]; ensuite, lorsqu’on a commencé à les appeler minimalistes, on m’a aussi appelée minimaliste. »

 

Ellsworth Kelly, Bleu, vert, jaune, orange, rouge, 1966

Ellsworth Kelly, Blue, Green, Yellow, Orange, Red (Bleu, vert, jaune, orange, rouge), 1966

Huile sur toile, cinq panneaux, d’un bout à l’autre : 152,4 x 609,6 cm, Solomon R. Guggenheim Museum, New York

Martin rejette toutes ces associations alléguant qu’elles font fi de l’émotion sous-jacente à ses peintures de grilles. Elle se considère comme une représentante de l’expressionnisme abstrait, à l’instar de nombreux immigrants américains tels de Kooning, Rothko et Hans Hofmann (1880-1966). Dans son travail, on ne retrouve pas les gestes expressifs et les dégoulinures des grandes toiles de Pollock par exemple, pas plus que le saisissant mélange d’abstraction et de représentation de la série Woman (Femme) de de Kooning. Mais aux yeux de Martin, ses tableaux s’inscrivent dans la même trajectoire émotionnelle: comme elle l’a expliqué au New Yorker, « [les expressionnistes abstraits] abordent de front ces émotions subtiles du bonheur dont je parle ».

 

Agnes Martin, Les îles, 1961

Agnes Martin, The Islands (Les îles), 1961

Huile et graphite sur toile, 183,9 x 183,9 cm, collection privée, New York. © Agnes Martin / SOCAN (2019)

Cet essai est extrait de Agnes Martin : sa vie et son œuvre par Christopher Régimbal.

Autres essais

Télécharger Télécharger