• Gagnon, Charles (Canadien, 1934-2003)

    Artiste montréalais qui pratique une variété de disciplines, dont le film, la photographie, le collage et la construction de boîtes, ainsi que la peinture. De 1956 à 1960, Gagnon étudie à New York, s’immergeant dans le milieu avant-gardiste de l’art expérimental. De retour à Montréal, sa peinture, surtout son emploi des arêtes nettes, est souvent associée à celle de ses contemporains plasticiens.

  • Gagnon, Clarence (Canadien, 1881-1942)

    Bien qu’il ait périodiquement vécu et travaillé en Europe, Clarence Gagnon est principalement connu pour ses représentations des habitants et des paysages de son Québec natal, avec une prédilection pour la région de Charlevoix. Coloriste virtuose, Gagnon crée des scènes d’hiver d’une grande originalité, caractérisées par des couleurs vives et de généreux contrastes entre la pénombre et la lumière. Il est également connu pour ses illustrations de romans, y compris Maria Chapdelaine, de Louis Hémon et Le grand silence blanc, de L. F. Rouquette.

  • Gagnon, Maurice (Canadien, 1904-1956)

    Critique d’art et enseignant à l’École du meuble de Montréal, Gagnon étudie l’histoire de l’art à la Sorbonne, à Paris. Paru en 1940, son ouvrage intitulé Peinture moderne analyse les diverses écoles d’art moderne, y compris l’art religieux. Gagnon compte parmi ses amis des membres éminents de l’avant-garde française et québécoise, y compris Fernand Léger et Paul-Émile Borduas.

  • galerie autogérée ou centre d’artistes autogéré

    Galerie ou autre espace voué à l’art, créé et géré par des artistes. Citons parmi les exemples canadiens YYZ, Art Metropole, Forest City Gallery, Western Front, The Region Gallery (qui s’appelait alors 20/20 Gallery), et Garret Gallery. Ces centres sont des organismes sans but lucratif étrangers au système des galeries commerciales et institutionnelles. Ils ont pour but de financer la production et l’exposition de nouvelles œuvres d’art, de stimuler le dialogue entre artistes et d’encourager l’avant-garde ainsi que les artistes émergents.

  • García, Antonio López (Espagnol, né en 1936)

    Peintre et sculpteur réaliste connu pour son processus méticuleux; il lui faut des années avant de terminer un seul petit tableau. Ses œuvres font partie des grandes institutions artistiques du monde et le Museum of Fine Arts de Boston a organisé une rétrospective de son travail en 2008.

  • Garneau, Hector de Saint-Denys (Canadien, 1912-1943)

    Peintre qui réalise de lumineux paysages québécois, Saint-Denys Garneau est aussi reconnu pour avoir renouvelé le langage de la poésie au Canada français. À l’École des beaux-arts de Montréal, il côtoie Paul-Émile Borduas et Jean Paul Lemieux, entre autres peintres qui définissent le modernisme québécois. Ses études sont malheureusement écourtées en raison de sa santé fragile.

  • Gauguin, Paul (Français, 1848-1903)

    Peintre qui, avec Vincent van Gogh, Georges Seurat et Paul Cézanne, fait partie du groupe d’artistes aujourd’hui qualifiés de postimpressionnistes, Gauguin est reconnu pour son traitement de la couleur, son symbolisme et ses compositions audacieuses. Ses tableaux représentant une culture « primitive » idéalisée, réalisés à Tahiti, sont parmi ses plus célèbres.

  • Gauvreau, Jean-Marie (Canadien, 1903-1970)

    Figure importante de l’histoire des arts décoratifs et du design canadien, Gauvreau contribue à la transformation de l’École technique en l’École du meuble, laquelle devient un haut lieu de l’avant-garde québécoise, attirant notamment Paul-Émile Borduas et d’autres artistes associés au manifeste Refus global.

  • Gauvreau, Pierre (Canadien, 1922-2011)

    Peintre, auteur et producteur/réalisateur à la télévision, Gauvreau rencontre Paul-Émile Borduas en 1941, lors de ses études à l’École des beaux-arts de Montréal. Les tableaux qu’il réalise avant de se joindre aux Automatistes à la fin des années 1940 témoignent de l’influence du fauvisme. Il effectue un retour à un style pictural libre plus tard dans sa vie.

  • Geleynse, Wyn (Néerlandais/Canadien, né en 1947)

    Artiste multidisciplinaire influencé au début de sa carrière par les régionalistes de London, dont les œuvres sont très présentes dans sa ville d’adoption. Wyn Geleynse fait de la gravure, de la peinture et de la photographie avant de se consacrer à la fabrication de maquettes tridimensionnelles, au cinéma et à la vidéo qu’il intègre souvent dans ses installations à grande échelle.

  • Gérard, François (Français, 1770-1837)

    Peintre académique et élève préféré de Jacques-Louis David, Gérard connaît le succès au Salon de Paris de 1796 avec son portrait de Jean-Baptiste Isabey et de sa fille; par la suite, il devient le portraitiste le plus recherché par la haute société française.

  • Gessner, Conrad (Suisse, 1516-1565)

    Médecin, naturaliste, polymathe et créateur d’une des plus importantes bibliothèques de Zurich. Gessner était professeur d’histoire naturelle et d’éthique au Collège protestant de Zurich. Parmi ses importants ouvrages scientifiques, citons son Historia Animalium, une étude richement illustrée en six volumes du royaume animal.

  • Gibb, Harry Phelan (Britannique, 1870-1948)

    Peintre et céramiste formé au Royaume-Uni, en Belgique et en Allemagne, et auprès du peintre Jean-Paul Laurens à Paris. Gibb vit dans la capitale française durant 25 ans où il suscite l’admiration de Gertrude Stein. Ses tableaux Dartmoor Farm (Ferme du Dartmoor), 1931, et Still Life (Nature morte), 1932, témoignent de l’influence de Cézanne sur son œuvre.

  • Gilcrease, Thomas (Américain, 1890-1962)

    Marchand de pétrole et collectionneur de Tulsa, en Oklahoma, qui a su réunir le plus grand nombre d’œuvres d’art, de documents et d’objets de l’Ouest américain. Sa collection est maintenant conservée au Gilcrease Museum, qu’il a fondé en 1949.

  • Giotto (Italien, 1266/1276-1337)

    Maître incontesté du début de la Renaissance italienne, qui connaît une grande notoriété de son vivant : Dante, qui loue le naturalisme de ses peintures, attribue à Giotto le renouveau de la peinture après un passage à vide de plusieurs siècles. Parmi ses réalisations les plus spectaculaires, mentionnons les fresques qui ornent les murs de la chapelle de l’Arena, à Padoue.

  • Girling, Oliver (Sud-Africain/Canadien, né en 1953)

    Girling réalise des peintures et des dessins représentationnels au rendu rudimentaire — sur toile, papier, vinyle, coton et autres matériaux — qui abordent une foule de sujets de manière tantôt réaliste, tantôt imaginaire. Ses œuvres se trouvent dans les collections du Musée des beaux-arts du Canada et du Musée des beaux-arts de l’Ontario.

  • Glabush, Sky (Canadien, né en 1970)

    Artiste et professeur d’art d’atelier à l’Université de Western Ontario, London. Dans son travail, Glabush se préoccupe du problème du spirituel dans l’art; il a présenté son travail dans des expositions individuelles et collectives dans tout le pays et à l’étranger.

  • Glavin, Eric (Canadien, né en 1965)

    Artiste des médias numériques, peintre et sculpteur formé au programme des arts expérimentaux du Ontario College of Art (aujourd’hui l’Université de l’EADO). Un des membres fondateurs du collectif torontois Painting Disorders, Glavin a participé à des expositions en Irlande, en Autriche, en Chine, aux États-Unis et au Canada, entre autres pays.

  • Gluckstein, Hannah « Gluck » (Britannique, 1895-1978)

    Peintre féministe reconnue pour ses représentations de fleurs et pour le cadre de style Art déco qu’elle conçoit, appelé le « cadre Gluck ». Une rétrospective de l’œuvre de Hannah Gluckstein a eu lieu à la Fine Art Society de Londres en 1973.

  • Gordon, Hortense (Canadienne, 1889-1961)

    Membre et cofondatrice des Painters Eleven, Hortense Gordon est célèbre pour ses audacieuses œuvres abstraites. Elle enseigne la peinture à la Hamilton Technical School, dont elle devient directrice en 1934.

  • Gorky, Arshile (Arménien/Américain, 1904-1948)

    Gorky émigre aux États-Unis après que sa mère décède entre ses bras durant le génocide arménien. L’un des peintres les plus importants de l’école new-yorkaise des années d’après-guerre, il exerce une influence fondamentale sur l’expressionnisme abstrait, et sert de mentor pour d’autres artistes, dont Willem de Kooning.

  • Gottlieb, Adolph (Américain, 1903-1974)

    Adolph Gottlieb oriente rapidement ses œuvres figuratives vers le surréalisme et l’expressionnisme abstrait, souhaitant soustraire sa production à toute association culturelle, visant plutôt un langage expressionniste universel. En 1963, il devient le premier Américain à remporter le grand prix de la Biennale de São Paulo.

  • gouache

    Matériau artistique composé d’aquarelle mélangée à du pigment blanc et à de la gomme arabique servant de liant, ce qui lui donne son opacité. La gouache est utilisée dans de nombreuses traditions picturales depuis l’Antiquité, notamment l’enluminure de manuscrits et l’art de la miniature indienne et européenne.

  • Graham, K.M. (Canadienne, 1913-2008)

    Peintre paysagiste dont les œuvres sont prisées des collectionneurs, K.M. (Kathleen Margaret) Graham évolue dans le style expressionniste abstrait. Attirée par la lumière et les couleurs du Nord, Graham effectue à partir de 1971 plusieurs voyages dans l’Arctique afin d’y peindre. Elle réalise également des dessins, des estampes et des motifs graphiques destinés aux vêtements liturgiques, de même qu’aux couvertures de livres et de magazines.

  • Gran Fury

    Collectif formé en 1988, dont la composition variable comprend entre autres Mark Simpson, Tom Kalin, Marlene McCarthy et Loring McAlpin. Gran Fury exécute des œuvres d’art au profit du groupe ACT UP, qui milite pour la défense des droits des sidéens et la lutte contre le sida. Il s’agit notamment d’affiches de sensibilisation et de protestation contre les gouvernements qui négligent l’épidémie et ses victimes.

  • Graphic Associates

    Studio d’animation torontois, la première entreprise privée du genre au Canada, fondée en 1949 par les animateurs de l’Office national du film, George Dunning et Jim MacKay. Michael Snow, Joyce Wieland et Richard Williams travaillent tous chez Graphic Associates au début de leur carrière.

  • gravure

    Le terme renvoie à la fois à un type d’image et au procédé employé pour la réaliser. Les gravures sont produites en taillant dans une plaque de métal ou de plastique au moyen d’outils spécialisés, puis en encrant les lignes produites par incision. L’encre est transférée sur le papier sous la forte pression d’une presse à imprimer.

  • gravure sur bois

    Mode d’impression en relief, qui consiste à graver un motif sur un bloc de bois, qui est ensuite encré et imprimé, soit au moyen d’une presse ou par la simple pression de la main. Inventée en Chine, cette technique se répand en Occident à partir du treizième siècle.

  • gravure sur pierre

    Variante de la gravure sur bois, où l’on emploie de la pierre plutôt qu’un bloc de bois pour créer une estampe par relief. La gravure sur pierre est une pratique instaurée par les artistes inuits et demeure en grande partie spécifique au Nord canadien.

  • Greenberg, Clement (Américain, 1909-1994)

    Critique d’art et essayiste très influent, connu principalement pour son approche formaliste et sa conception controversée du modernisme, qu’il expose pour la première fois dans son article « La peinture moderniste », publié en 1961. Greenberg est notamment l’un des premiers défenseurs des expressionnistes abstraits, dont Jackson Pollock et le sculpteur David Smith.

  • Greenhill, Ralph (Canadien, 1924-1996)

    Important photographe documentaire et artistique canadien, Greenhill étudie la photographie au Ryerson Institute of Technology de 1949 à 1951 et, par la suite, travaille au Service de la photographie de la CBC durant plus de trente ans. Son œuvre comprend des vues de projets d’ingénierie et d’architecture de l’Ontario du dix-neuvième siècle.

  • Grille

    Structure de base de tableaux formés de séries de lignes qui se croisent à angle droit, employée notamment par Piet Mondrian. La grille met en évidence les caractéristiques de la peinture moderne : la planéité et le all-over, tels que décrits par le critique Clement Greenberg.

  • Grip Limited

    Agence de publicité et d’art graphique de Toronto fondée en 1873, qui publie le magazine hebdomadaire satirique Grip. Au début du vingtième siècle, Grip Limited compte parmi ses employés plusieurs artistes défenseurs d’un style de peinture paysagiste distinctement canadien, parmi lesquels Tom Thomson et certains membres du futur Groupe des Sept – Franklin Carmichael, Frank Johnston, Arthur Lismer, J. E. H. MacDonald et F. H. Varley.

  • Grosz, George (Allemand/Américain, 1893-1959)

    Caricaturiste et commentateur social à la dent dure, peintre et dessinateur d’abord associé au dadaïsme, Grosz est l’un des pionniers de la Neue Sachlichkeit (Nouvelle objectivité). Sa participation au premier grand conflit mondial l’amène à une œuvre résolument antiguerre. Vers la fin de sa carrière, il privilégie les paysages et les natures mortes, qui conservent une tonalité sombre.

  • Groupe de Beaver Hall

    Groupe créé à Montréal en 1920, réunissant dix-neuf artistes modernistes qui s’intéressent aux représentations picturales des paysages urbains et ruraux, et au portrait. Le modernisme français et la perspective distinctement canadienne du Groupe des Sept comptent parmi leurs influences. Aussi connu sous le nom de Groupe de Beaver Hall Hill, il compte parmi ses membres Edwin Holgate, Sarah Robertson et Anne Savage.

  • Groupe de Calgary

    Collectif d’artistes important de l’histoire de l’art moderne au Canada, le Groupe de Calgary fait la promotion de l’art non-objectif dans l’Ouest canadien à la fin des années 1940, à l’époque où Paul-Émile Borduas et les Automatistes revendiquent la légitimité de cette pratique au Québec et à l’étranger.

  • Groupe des peintres canadiens

    Fondé en 1933 après la dissolution du Groupe des Sept par d’anciens membres et leurs associés, le Groupe des peintres canadiens (Canadian Group of Painters) défend les styles de peinture modernistes contre le traditionalisme inflexible de l'Académie royale des arts du Canada. Il offre une tribune aux artistes de partout au pays qui suivent les nouvelles voies les plus diverses : les expériences formelles de Bertram Brooker, le figuratif moderne caractéristique de Prudence Heward et de Pegi Nicol MacLeod, ou encore les paysages expressifs d’Emily Carr.

  • Groupe des Sept

    École progressiste et nationaliste de peinture de paysage au Canada, active de 1920 (l’année de la première exposition du groupe à l’Art Gallery of Toronto) à 1933. Ses membres fondateurs sont les artistes canadiens Franklin Carmichael, Lawren Harris, A.Y. Jackson, Franz Johnston, Arthur Lismer, J.E.H. MacDonald et Frederick Varley.

  • Groupe indien des Sept

    Nom familier de la Professional Native Indian Artists Inc. inventé par le quotidien Winnipeg Free Press dans les années 1970, puis adopté à plus grande échelle. Ses membres sont Jackson Beardy, Eddy Cobiness, Alex Janvier, Norval Morrisseau, Daphne Odjig, Carl Ray et Joseph Sanchez.

  • Guérin, Charles (Français, 1875-1939)

    Peintre et illustrateur influencé par les impressionnistes, Charles Guérin réalise des natures mortes, des portraits et des nus au moyen d’une palette de couleurs douces. Ses tableaux font partie des collections du Musée d’art moderne de la ville de Paris, du Musée national d’art moderne de Paris et du Musée d’art de Toulon.

  • Guilde canadienne des métiers d’art

    Fondé en 1906, cet organisme établi à Montréal assure la préservation, la promotion et la diffusion de l’art et de l’artisanat inuits et des Premières Nations au Canada. Il abrite également une collection d’art inuit.

  • Gurney, Janice (Canadienne, née en 1949)

    Née à Winnipeg et établie à Toronto, Janice Gurney est une artiste et universitaire dont les vidéos et les installations traitent de la production, de la réception et de la signification des œuvres. Ses œuvres font partie de grandes collections canadiennes publiques, notamment celles du Musée des beaux-arts du Canada à Ottawa et du Musée des beaux-arts de l’Ontario à Toronto.

  • Guston, Philip (Américain, 1913-1980)

    Figure clé de l’art américain des années d’après-guerre. Les peintures et dessins de Guston sont tantôt intensément personnels, tantôt abstraits ou expressément politiques, comme c’est le cas des peintures murales réalisées dans les années 1930 et 1940 sur commande de la Works Progress Administration, dans le cadre du Federal Art Project. Après deux décennies de succès sur la scène new-yorkaise de l’expressionnisme abstrait, Guston suscite la colère et le mépris de la communauté artistique lorsqu’il effectue un retour à des images figuratives et symboliques.

  • General Idea (Canadien, actif 1969-1994)

    Collectif d’artistes prolifique, provocateur et critique de la société, composé d’AA Bronson (Michael Tims, avant 1946), Felix Partz (Ronald Gabe, 1945-1994) et Jorge Zontal (Slobodan Saia-Levy,1944-1994). General Idea se forme à Toronto au sein des scènes contre culturelles du Rochdale College, école expérimentale libre et du Théâtre Passe Muraille. Leurs projets conceptuels comprennent Miss General Idea et la série traitant de la crise du SIDA. Le collectif fonde FILE en 1972 et le centre d’artistes autogéré Art Metropole en 1973. (Voir General Idea. Sa vie et son œuvre par Sarah E.K. Smith)

  • Gaucher, Yves (Canadien, 1934-2000)

    Peintre et graveur abstrait internationalement reconnu, associé aux Plasticiens. La nature curieuse de Gaucher de Gaucher en fait une figure individualiste et un artiste qui s’inspire de multiples sources, entre autres du jazz, de la musique atonale, de Georges Braque, Mark Rothko et des New York Abstractionists. Il a milité pour moderniser la gravure et ouvrir la pratique à des techniques expérimentales et novatrices. Gaucher fonde l’Association des peintures-graveurs de Montréal en 1960 et est nommé Membre de l’Ordre du Canada en 1981. (Voir Yves Gaucher. Sa vie et son œuvre par Roald Nasgaard.)

  • Gebhardt, C. Keith (Américain, 1899-1982)

    Artiste américain qui, en 1924, accepte un poste à la Winnipeg School of Art, où il exerce les fonctions de directeur pendant cinq ans. Gebhardt peint des scènes locales de piano-bars et des quartiers de Winnipeg, dessinant souvent avec Lionel LeMoine FitzGerald. Comme lui, il conçoit des décors pour le groupe de théâtre amateur The Community Players of Winnipeg. Il se tourne ensuite vers la création de dioramas, de modèles et d’expositions pour des musées, et retourne aux États-Unis en 1932 pour travailler au Musée public de Milwaukee.

Download Download