Oscar Cahén (1916-1956) arrive au Canada un refuge juif de la deuxième guerre mondiale et devient un artiste et un illustrateur respecté avant son décès prématuré. Une figure influente dans le milieu artistique de Toronto, son souvenir est inextricablement lié aux Painters Eleven, ce collectif qui, en faisant la promotion de la peinture abstraite et de la liberté artistique, a « rendu service à l’art canadien ». Pour Jack Bush (1909-1977), lui aussi membre de Painters Eleven, Cahén apporte au groupe « un sens magnifique et très européen de la couleur et de l’audace, mais également une tolérance et une compréhension tout aussi admirables ».

 

Des membres du collectif Painters Eleven pendant l’exposition Abstracts at Home, présentée au magasin à rayons Simpson’s, en 1953
Des membres du collectif Painters Eleven pendant l’exposition Abstracts at Home, présentée au magasin à rayons Simpson’s, en 1953. De gauche à droite : Tom Hodgson, Oscar Cahén, Alexandra Luke, Kazuo Nakamura, Ray Mead, Jack Bush et William Ronald. Photographie d’Everett Roseborough.

Né à Copenhague de parents cosmopolites, Cahén passe son enfance et sa jeunesse à Berlin, Paris, Rome, Dresde et Prague avant de fuir en Angleterre en 1939. Grâce à ses origines, Cahén occupe une place prépondérante au sein des onze, conférant au collectif un style apparemment international et distinctif. À ceux qui accusent les Painters Eleven de n’être qu’un dérivé de la New York School, par exemple, Ray Mead (1921-1998) pourra commodément défendre son groupe en soulignant que la peinture de Cahén a un air « allemand ». Cahén agit là encore comme intermédiaire avec l’Europe et aide Jock Macdonald (1897-1960), membre lui aussi, à organiser une exposition des Painters Eleven sur le vieux continent. L’origine étrangère de Cahén confère au groupe une authenticité, un air d’autorité et une légitimité qui commandent le respect, quoiqu’en pensent les journalistes qui publient inlassablement des remarques narquoises à propos de leurs œuvres abstraites.

 

Oscar Cahén, Object d’Art, v.1953
Oscar Cahén, Object d’Art, v.1953
Huile sur masonite, 121,9 x 91,4 cm, collection privée

Nombre d’historiens et de critiques constatent que Cahén, surnommé « Doc » par ses amis pour des raisons inconnues, exerce une influence considérable au sein des Painters Eleven et sur d’autres artistes torontois. Certains comparent son rôle à celui de l’éminent Jock Macdonald. Tom Hodgson (1924-2006), l’un d’entre eux, estime que « Cahén est de loin le plus grand du groupe », lequel n’a cependant pas de chef à proprement parler. L’esprit de compétition qui anime egalement Harold Town (1924-1990) et Cahén est source d’émulation pour les deux hommes, et l’intérêt passager de Cahén pour la gravure incite Town à explorer lui aussi cette technique. Dans l’une des critiques les plus rigoureuses de l’époque, Clare Bice soutient que « l’esprit d’OC domine et mobilise encore le groupe » et accuse les autres membres de produire « des succédanés […] qui reflètent son inspiration dominante » – deux ans après sa mort.

 

Harold Town, Néon de jour, 1953
Harold Town, Day Neon (Néon de jour), 1953
Huile sur masonite, 91,1 x 63,5 cm, Robert McLaughlin Gallery, Oshawa

Parmi ce groupe révolutionnaire d’abstractionnistes torontois, Cahén est reconnu en particulier pour sa palette. En 1952, on la dit « subtile », puis elle change et les mots qui la décrivent ensuite – étonnante, inattendue, frappante, intense, joyeuse, singulière, excentrique et inusitée – montrent bien qu’aux yeux des Torontois de ce début des années 1950, ces nouvelles couleurs sont insolites. Petit combo, v.1954, fait de la couleur même le sujet du tableau : les mélanges brûlants de magenta et d’orange semblent jaillir du fond bleu nuit et noir. Sous nos yeux, donc, le premier plan et l’arrière-plan sont constamment permutés par la force de la couleur qui anime en permanence le plan pictural.

 

Oscar Cahén, Small Combo (Petit combo), v.1954
Oscar Cahén, Small Combo (Petit combo), v.1954
Huile sur masonite, 91,4 x 71,1 cm, collection privée

À la mort d’Oscar, l’artiste Toni Onley (1928-2004) écrit : « Tous n’appréciaient pas ses innovations picturales, mais il nous a appris à nous remettre en question et, par la réflexion, à trouver notre œil intérieur. Son imagination et son ingéniosité sans bornes ont fini par déteindre sur nous, jeunes peintres. »

 

Cet essai est extrait de Oscar Cahén : sa vie et son œuvre par Jaleen Grove.

Autres essais

Download Download